Arkheia, revue d'histoire

Sommaire

Arkheia n°22 / 2010 / Il y a 70 ans : 1940 ! Le Sud-Ouest dans la tourmente

Haut de page Retour à l'accueil Découvrez nos autres numéros
| 

Édito

 |  Par Max Lagarrigue

1940, le Sud-Ouest dans la tourmente

| 

Montauban, 1940

 |  Par Max Lagarrigue
De mai à septembre 1940, des dizaines de milliers de Belges et de Français fuient devant l’avancée éclair de la Wehrmacht. Cinq mois au cours desquels la patrie des droits de l’homme plonge dans un chaos épouvantable et passe de la IIIe République au régime de Vichy. Dans cette France de la défaite, Montauban joue un rôle de premier plan : lieu de repli pour des milliers de réfugiés, l’état-major de l’Armée ou encore les collections du Louvre… jusqu’au président de la République espagnole. Placé en résidence surveillée dans la cité d’Ingres, abandonné de tous, Manuel Azaña s’éteint à l’hôtel du Midi, le 3 novembre 1940.

| 

Pessac : ces quatre fusillés dont on ne parle pas

 |  Par Jacky Tronel
L’armistice franco-allemand est signé en forêt de Rethondes, le 22 juin 1940. Ce même jour, quatre Français dont trois se réclamant de la mouvance communiste sont fusillés à l’aube, sur le champ de tir de Verthamon, à Pessac. Le plus jeune d’entre eux, Roger Rambaud, est âgé de 17 ans…

| 

La guerre du Louvre, 1940

 |  Par Michel Rayssac
Avec l’entrée en guerre de la France, le 3 septembre 1939, le patrimoine artistique est soumis aux lois des errances. Bien avant le début des hostilités, un plan d’évacuation et de mise en sûreté des collections nationales est mis en place par la direction des Beaux-Arts. Le Louvre connaît l’exode et déménage dans le Sud de la France.

| 

Marcel Gitton : La troublante confession de son chauffeur

 |  Par Guillaume Bourgeois
Le 15 mai 1941, Jeanne Dessart 2 est arrêtée à Paris, porte de Saint-Cloud, à la suite d’un coup de filet qui frappe le coeur du service des cadres du PCF. Les policiers des Brigades spéciales anticommunistes mettent la main sur des fiches biographiques ainsi que sur des enquêtes strictement internes au parti clandestin, son organe d’autosurveillance. La plus étonnante concerne Gitton, n° 3 du parti jusqu’en novembre 1939, dont les communistes disent maintenant qu’il était un agent infiltré par la police.

| 

1939-1941 : les années de rupture

 |  Par Guillaume Bourgeois
L’histoire déconcerte. Elle impose brusquement aux hommes des réévaluations qui les surprennent et parfois les tétanisent. Osons le parallèle avec l’actualité et avec le désastre économique en passe de s’imposer. Le monde se refera sur des bases complètement nouvelles et ce qui valait pour hier ne vaudra plus pour demain. 1940, ce fut un peu cela mais à toute allure. Un moment où tout bascula alors que l’on s’imaginait que tout avait à peu près bien commencé.

Témoignages

| 

Un vélo pour la Liberté

 |  Par François-Henri Soulié
C’est, à l’évidence, en puisant dans sa foi religieuse que Marie-Rose Gineste a résisté à la barbarie nazie. la constance même de son cœur fait apparaître une personnalité hors du commun, apte à devenir un grand personnage de théâtre. Sauver des enfants juifs, à cette époque là, cela signifiait tout simplement sauver l’humanité.

| 

Marie-Rose Gineste, Résitante et Juste chrétienne (mémoires)

 |  Par Marie-Rose Gineste
Presque centenaire, Marie-Rose Gineste demeure l’un des derniers acteurs survivants à pouvoir témoigner de l’action menée par Mgr Théas, l’évêque de Montauban qui, au mois d’août 1942, refusa d’approuver les rafles antisémites. Seule et à bicyclette – son vélo est aujourd’hui exposé au musée Yad Vashem ( Jérusalem) – elle sillonna le diocèse pour faire connaître le message épiscopal. Résistante de la première heure, Marie-Rose Gineste fut aussi l’une des rares femmes à diriger des organisations de la Résistance (Combat et Témoignage Chrétien).

Actualité

| 

Les mineurs poursuivis pour collaboration à la Libération : victimes ou coupables ?

 |  Par Jean-Pierre Koscielniak
L’extrême jeunesse de la plupart des combattants de la Résistance n’est plus à démontrer. Si certains jeunes gens ont résisté, d’autres ont été aspirés vers des formes actives de collaboration avec l’occupant. Les dossiers judiciaires disponibles en Lot-et-Garonne nous révèlent une réalité complexe qui permet de mieux appréhender leur choix.

 

| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Une grève peu ordinaire : Decazeville 1961- 1962
L’historien Philippe Marcy revient sur une histoire qui a marqué les mémoires, la grève des mineurs de Decazeville en 1961-1962. Le bassin Houiller aveyronnais a 35 000 habitants environ. La mine employait 5 200 salariés en 1945, elle en compte 2 000 en 1962.
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia