Arkheia, revue d'histoire

Suppléments

En exclusivité, les suppléments à la sortie papier de la revue Arkheia vous livrent de manière inédite des articles à paraître dans nos prochaines éditions, des témoignages, des archives ou documents...

Haut de page Retour à l'accueil
| 

Pierre Lefranc avait des attaches corréziennes

 |  Par Gilbert Beaubatie
Pierre Lefranc est décédé le 7 janvier à Paris, à l’hôpital du Val-de-Grâce, à deux semaines de son 90 ème anniversaire. Avec lui a disparu un gaulliste de la première heure qui jusqu’à la fin de ses jours a défendu "une certaine idée de la France" et "la vraie croix de Lorraine". Lui et sa famille ont été profondément et durablement attachés à la Corrèze, et notamment à la ville de Brive, où longtemps il a disposé d’une maison de vacances et où, dans la nuit du 11 juillet 1940, au lendemain du vote des pleins pouvoirs au Maréchal Pétain à Vichy, il a distribué, dans des boîtes aux lettres, des tracts pour s’indigner "de l’assassinat de la République".

| 

Mai 68 dans la cité de Cohn-Bendit

 |  Par Max Lagarrigue
Avec trois jours d’avance sur l’appel à la grève nationale et deux seulement après les premiers heurts du Quartier latin, en ce 10 mai 1968, ce ne sont pas moins de « 3 000 lycéens » montalbanais, titre « La Dépêche », qui parviennent à paralyser la cité natale du leader de « 68 », Daniel Cohn-Bendit. Et si cette filiation peu connue des soixante-huitards de l’époque n’est pour rien dans la précocité du mouvement de la jeunesse montalbanaise, la cité d’Ingres connaît, comme de nombreuses villes moyennes de province, un long mois d’agitation.

| 

Castelsarrasin : « Ce sont les lycéens qui ont lancé 68 »

 |  Par Max Lagarrigue
Mai 1968, à Castelsarrasin... Si la ville sous-préfecture n’a pas connu, il est vrai, les barricades du quartier Latin ni ses affrontements violents à coups de pavés d’un côté et de matraques et de lacrymogènes de l’autre, la ville de Lamothe-Cadillac, avec son millier d’ouvriers métallos de Cégédur ou ceux de la Targa, à Moissac, ont bloqué, comme partout dans l’Hexagone, les portes de leurs usines.

| 

Le PCF dans le Sud-Ouest : centre et périphérie

 |  Par Max LAGARRIGUE
Dans les années trente, la direction du parti communiste français (PCF) tente de centraliser de Paris l’ensemble de sa structure. Pour ce faire, des délégués instructeurs du comité central, véritable missi dominici du pouvoir central, effectuent des visites d’inspection des fédérations communistes pour veiller à l’orthodoxie de la ligne du moment. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, ces visites ne sont pas toujours bien vécues et se terminent le plus souvent pas de douloureuses séances publiques d’auto-critique, voire par l’exclusion d’un responsable local. C’est grâce aux archives internes du PCF et les rapports transmis du bureau politique à Moscou que l’on peut vivre presque mois par mois la vie interne du PCF.

| 

Renaud Jean, carnets d’un paysan député communiste

 |  Par Max Lagarrigue
Durant six décennies, un îlot de terre du Lot-et-Garonne, le pays de Marmande, a cultivé le rouge de la IIIe Internationale. Les germes de ce communisme isolé du Sud-Ouest, ont pour origine un “ paysan ” gascon dont le nom sonne comme un écho redondant, Jean Jean. Premier député communiste de France, il fut le pionnier du communisme rural. Ayant cotoyé Lénine, Trotsky, Thorez... Il développa un idéologie originale dont le slogan pourrait se résumer ainsi : "Ta petite propriété est sacrée, nous voulons te la conserver".

| 

Une grève peu ordinaire : Decazeville 1961- 1962

 |  Par Philippe Marcy
Le conflit de Decazeville est remarquable à plus d’un titre, par sa durée, par son unité, par sa très forte mobilisation, par l’ampleur des soutiens de toutes sortes. De nombreux mouvements sociaux peuvent-ils se vanter d’avoir drainé 180 Millions d’anciens francs ?

| 

Le Quercy : mythe ou réalité ?

 |  Par Adrien Viguié
S’intéresser au Quercy répond à des observations quotidiennes : partout, il est question du Quercy (signalisation, presse), alors même que l’on est incapable de le définir. Ce n’est donc pas ce qu’est le Quercy qui est intéressant, mais plutôt ce qu’il suggère. Car le simple fait de citer le Quercy signifie que l’on se réfère à une identité, l’identité quercinoise.
| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Les suppléments d’Arkheia
Manuel Azana et la question laïque sous la direction de Jean-Pierre Amalric Avec la participation de Patrick Cabanel, Antonio Ferrer Benimelli, Hilari Raguer, Joseph Pérez, Gérard Malgat et Elvire Diaz...Commander le dès aujourd’hui
Les camps d'internement français
La Guerre du Louvre : histoire d’un (...) Depuis l’entrée en guerre de la France en septembre 1939, le patrimoine artistique, tant national que privé, avait été soumis aux lois des errances. Bien avant le début des collections nationales avait (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia