Arkheia, revue d'histoire

A Mers el-Kébir, pourquoi l’Angleterre coule-t-elle la flotte française ?

Par Max Lagarrigue
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Seconde Guerre mondiale
Auteur : Max Lagarrigue, historien, directeur de la revue Arkheia. Son dernier ouvrage 99 questions... Les Français durant l’Occupation, Montpellier, 2007.
Page précédente


(...) Somerville avec quatre possibilités : le ralliement de la flotte française à la flotte britannique, l’appareillage vers un port britannique, le sabordage et enfin l’appareillage de la flotte vers un port des Antilles françaises.

Acte volontaire ou de négligence, l’amiral français ne transmet pas la dernière proposition au gouvernement français. À la réception de cette information à Vichy, un Conseil des ministres se réunit dans la hâte. Le gouvernement français décide de câbler un télégramme à la flotte en rade à Toulon et à Alger l’enjoignant de porter assistance aux navires français. Le message est intercepté par la flotte britannique. L’amiral Somerville lance un dernier ultimatum à Gensoul en fin d’après-midi. À 17h30, la Royal Navy tire 36 salves et touche de plein fouet le Bretagne qui coule, tuant 977 marins français.

Trois jours plus tard, un deuxième raid mené par la Royal Air Force (RAF) contre le Dunkerque augmente le nombre de tués à 1 380 victimes. Immense tragédie grecque selon les propres mots de Winston Churchill, Mers el-Kébir est sans nul doute l’un des facteurs qui permit à Pierre Laval de faire basculer l’opinion française et surtout un nombre important de parlementaires en faveur du Maréchal lors de l’Assemblée du 10 juillet 1940.

Extrait de l’ouvrage de Max Lagarrigue "99 questions... La France durant l’Occupation" (CNDP, 2007). Ouvrage disponible sur commande dans la rubrique kiosque. 

Page précédente


Réagir à cet article 2 Messages de forum
  • Churchill a coulé la flotte française par Opération Catapult pour deux raisons essentielles : 1) Asseoir son autorité pas acceptée par tout le monde au Parlement après avoir succédé à Chamberlain. 2) Mais surtout , c’est un message très fort envoyé à un Roosevelt incrédule pour lui montrer que l’Angleterre continuera la guerre, coûte que coûte. En conséquence, qu’il lui envoie une aide indispensable pour la survie de l’Angleterre

    Les Français n’ont servi que de faire-valoir à ce diabolique dessein de Churchill. Tout le reste n’est que littérature et désinformation. Comme cela ne pouvait être dit aux Français, l’habillage en est ’les navires passent aux Allemands’ qui n’avaient aucune visée sur la Marine française, et surtout ne pouvaient s’en emparer à Mers El-Kébir, Dakar ou Casablanca.


    Répondre à ce message
  • Bonjour, merci de participer au maintien du souvenir de ce drame. Je suis le petit fils d’un second Maitre mort sur le cuirassé Bretagne. J’ai fait un blog modeste, où je tente de réunir le maximum de photos et de vidéos sur le sujet. Vous êtes les bienvenus, pour pousuivre la lecture de cet article. http://merselkebir.unblog.fr Nicolas
    Répondre à ce message

| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Toutes les questions et les réponses sur l’Occupation
99 questions... La France sous l’Occupation de Max Lagarrigue. L’indipensable ouvrage pour tout comprendre sur le sujet. Pour le commander cliquez ici
Luchy : il y a 95 ans, se déroula la (...) La Dépêche | Publié le 11/11/2009 10:58 Un après-midi d’août 1914 plus de 800 soldats montalbanais furent tués en Belgique En ce jour de célébration du quatre-vingt onzième anniversaire de l’armistice (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia