Arkheia, revue d'histoire

Alfred Nakache, le nageur d’Auschwitz par Denis Baud

Par Guillaume Gros
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Critiques de livres

Page suivante

Si les Toulousains fréquentent la piscine Nakache, connaissent-ils pour autant l’étonnant destin d’Alfred Nakache dont le nom fut donné, après la Libération, à la « piscine d’hiver du Parc municipal des sports » en 1945 ? Rien ne prédestinait le futur champion à s’enraciner dans la « ville rose » aux Dauphins du TOEC. Né en 1915, dans la communauté juive de Constantine, alors française, surnommée « La Petite Jérusalem » en raison des liens très forts d’immigration avec la Terre promise, le jeune Nakache se découvre de réelles qualités physiques pour la natation. Afin d’aller au bout de sa passion, il rejoint Paris, en 1933. Il a 17 ans. Deux ans plus tard, il décroche son premier titre de champion de France. Tout en intégrant l’Ecole normale supérieure d’éducation physique (ENSEP), le jeune nageur profite de la politique sportive du Front Populaire. Sélectionné aux JO de 1936, à Berlin où il ne put donner la mesure de son talent, Nakache appartient à cette génération de sportifs dont la carrière fut brisée à cause de la politique et de la guerre. Et ce, alors qu’il s’était affirmé entre 1937 et 1938 comme un athlète de premier plan, de surcroît très populaire dans la presse sportive. Dès le début de l’Occupation, quand Pétain abolit le décret Crémieux, le champion Nakache, plusieurs fois primé, est déchu de sa nationalité française. Il décide alors de se réfugier, avec sa femme, en zone non occupée, à Toulouse dans le quartier Saint-Cyprien où il bénéficie des solidarités du milieu sportif. Il est accueilli, en 1941, par l’entraîneur Albin Minville dans le club du TOEC, fondé en 1908. Dans ce milieu chaleureux, il poursuit la natation, diversifie ses nages tout en améliorant sa technique. Le club lui fournit aussi un travail comme responsable d’une salle de sport, rue Paul-Féral.

Paradoxalement, ce que montre bien Denis Baud, Alfred Nakache, se trouve revivifié (nombreuses performances dont un record mondial au 200 m brasse) et profite indirectement, au cours de l’année 1941, de la politique dynamique initiée par le ministre des sports de Vichy Franck Borotra qui récupère l’image du champion « héros nécessaire » au régime. Cependant, après le retour de Laval au pouvoir, en avril 1942, puis après l’invasion de la zone sud par les Allemands, la législation antisémite se durcit. Au cours de l’année 1943, la presse prend pour cible le nageur l’empêchant de participer aux Championnats de France. Nakache est finalement arrêté avec sa femme et sa petite fille en décembre 1943 et leur appartement livré au pillage. De la prison St Michel à Drancy puis à Auschwitz (le 20 janvier 1944, dans le convoi 66), Denis Baud reconstitue les étapes vers l’enfer, la séparation de la famille, la chambre à gaz pour sa femme et sa fille alors que sa constitution physique sauve le nageur. Matricule 172763, Nakache est conduit à (...)


Page suivante

Réagir à cet article 1 Message

| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Hitler à Paris, juin 1940
Un ouvrage majeur à découvrir : Hitler à Paris, juin 1940 (Tiresisas éditions) de notre collaborateur, l’historien Cédric Gruat.
L’épuration en Dordogne selon Doublemètre Jean-Jacques Gillot et Jacques Lagrange, L’Epuration en Dordogne selon Doublemètre, Pilote 24 Edition, 208 pages, 23 €. Depuis une vingtaine d’années de nombreux ouvrages de qualité inégale ont été (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia