Arkheia, revue d'histoire

Andres Jimenez Martinez parcours d’un combattant républicain

Par Claire Dalzin et Alain Pozo
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia 20

Jeune militant anarchiste, Andres Jiminez Martinez s’engage, dès 1936, dans le camp républicain. Combattant sur le front d’Aragon puis de l’Èbre, il finit par quitter le pays lors de la « Retirada ».

Né en 1918 à Puerto Mazarron ( en Andalousie, dans la province de Murcie ), Andres Jimenez Martinez est issu d’un milieu modeste. Elevé par sa mère, après que son père et ses deux soeurs aînées ont émigré en France, il quitte l’école à douze ans et commence à travailler comme apprenti maçon, avant de devenir livreur pour un bar de Barcelone, ville où les siens s’établissent au début des années 1930. Pendant un an, levé à 4 heures du matin, il va chercher avec sa charrette les fûts de bière et les pains de glace de la journée, jusqu’à ce qu’un ami lui conseille d’abandonner ce métier pour celui de « lampiste », plus rémunérateur.

POUR LIRE LA SUITE DE CETTE CONTRIBUTION, vous pouvez commander ce numéro ou vous abonnez à la revue dans la rubrique kiosque.



| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Nous recherchons des correspondants locaux !
La revue Arkheia s’intéresse à l’histoire du Grand Sud-Ouest, elle recherche des correspondants locaux pour participer à son animation et sa rédaction. Si vous avez un goût pour l’histoire de votre département ou que vous effectuez déjà des recherches sur des événements survenus durant le XXe siècle... Rejoignez-nous ! Nous recherchons particulièrement des correspondants dans l’Aveyron, Gers, les Landes, le Lot, le Lot-et-Garonne, l’Ariège, sans toutefois être exhaustifs (région Aquitain, Languedoc-roussillon, Midi-Pyrénées et Limousin). Abonnement offert à la revue pour tous les correspondants.
Manuel Azaña et l’exemple de la (...) Dans ses carnets de mémoire, le dirigeant socialiste Rodolfo Llopis raconte son entrevue avec Manuel Azaña le 25 septembre 1940, quelques semaines avant la mort de l’ancien président de la Seconde (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia