Arkheia, revue d'histoire

Andres Jimenez Martinez parcours d’un combattant républicain

Par Claire Dalzin et Alain Pozo
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia 20

Jeune militant anarchiste, Andres Jiminez Martinez s’engage, dès 1936, dans le camp républicain. Combattant sur le front d’Aragon puis de l’Èbre, il finit par quitter le pays lors de la « Retirada ».

Né en 1918 à Puerto Mazarron ( en Andalousie, dans la province de Murcie ), Andres Jimenez Martinez est issu d’un milieu modeste. Elevé par sa mère, après que son père et ses deux soeurs aînées ont émigré en France, il quitte l’école à douze ans et commence à travailler comme apprenti maçon, avant de devenir livreur pour un bar de Barcelone, ville où les siens s’établissent au début des années 1930. Pendant un an, levé à 4 heures du matin, il va chercher avec sa charrette les fûts de bière et les pains de glace de la journée, jusqu’à ce qu’un ami lui conseille d’abandonner ce métier pour celui de « lampiste », plus rémunérateur.

POUR LIRE LA SUITE DE CETTE CONTRIBUTION, vous pouvez commander ce numéro ou vous abonnez à la revue dans la rubrique kiosque.



| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
D’un totalitarisme à l’autre... Les liaisons dangereuses de la Ligue des droits de l’homme
A lire : La Ligue des droits de l’homme adopta très tôt une attitude complaisante à l’égard du régime bolchevik. Retour sur l’histoire méconnue d’une certaine gauche qui, selon le mot de George Orwell, fut « antifasciste mais pas antitotalitaire ».
Les Tondues de 1944
Nation et Nations en Espagne Le colloque tenu en 2009 dans le cadre des 4es Journées Manuel Azaña s’est proposé d’aborder une question à laquelle eut à s’affronter le gouvernement présidé par Manuel Azaña et qui reste toujours (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia