Arkheia, revue d'histoire

Azaña : Paco Ibañez, un artiste toujours en révolte

Par Max Lagarrigue
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Agenda

C’est devant un public acquis d’avance que le chanteur franco-espagnol Paco Ibañez a ouvert la première soirée des 5e journées Manuel Azaña, hier soir (3 novembre) au théâtre Olympes-de-Gouges. « Ce soir, c’est un concert un peu particulier pour moi et qui nous réunit tous, insistait-il en préambule de son récital. Nous commémorons la disparition d’Azaña, le dernier président de la République espagnole. Un homme qui s’est battu jusqu’à son dernier souffle pour ses idées. » Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le septuagénaire n’a rien perdu de sa révolte et de ses engagements. Et même si ces nombreuses critiques des Etats-Unis qui frisaient parfois la caricature anti américaine, son combat contre l’uniformisation de la culture – « Nous avons une culture plus riche, plus sensible qu’USA, ne nous laissons pas avaler par ces bœufs » (sic) – trouvèrent un écho, hier soir, nourri de nombreux applaudissements. Farouche défenseur des langues régionales – le basque en tête dont il a interprété plusieurs morceaux (Ibañez ayant passé dans les années « 40 » toute son enfance dans la ferme de son oncle maternel) – c’est un chanteur polyglotte, maniant le verbe avec humour qu’a pu savourer le public (M.L.)

L’entracte était propice aux confidences et aux souvenirs, l’universitaire Gérard Malgat en profitait pour remettre à Paco Ibañez la photo et le texte d’un républicain espagnol, aujourd’hui disparu.

C’est sur la scène du théâtre Olympe-de-Gouges que le chanteur Paco Ibañez a reçu son public à la fin du concert.



| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Claude Campanini, le témoignage d’un déporté de Buchenwald
Issu d’une famille d’immigrés italiens qui se sont installé dans le Sud-Ouest de la France, Claude Campanini entre en résistance après avoir été recruté par son instituteur, Lucien Loubradou. Membre de la 12e compagnie de l’Armée secrète, à Moissac (Tarn-et-Garonne), il est finalement arrêté en 1943 et déporté dans le camp de concentration de Buchenwald. Il livre ici un témoigne unique et saisissant sur ses années au coeur du système concentrationnaire nazi.
1940, le Sud-Ouest dans la tourmente
Ils ont su dire NON. Paroles de (...) François Icher et Pierre Laborie, Ils ont su dire NON. Paroles de Résistants, Paris, éditions de La Martinière, 2008, 256 pages. Pendant longtemps a triomphé une vision politique et militaire de la (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia