Arkheia, revue d'histoire

Castelsarrasin : « Ce sont les lycéens qui ont lancé 68 »

Par Max Lagarrigue
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Suppléments
Auteur : Historien et journaliste à La Dépêche du Midi, il est directeur-fondateur de la revue Arkheia et auteur notamment de 99 questions... La France durant l’Occupation (CNDP, 2007).

(...) et le soir, à l’internat, on faisait des parties interminables de belote en écoutant Brassens. Il y avait comme un air de fête, de congés estivaux, avant l’heure. C’est vrai que l’année d’après, la gestion du pensionnat était plus cool qu’auparavant. »

« Contre la discipline au lycée »

Jean Fanfelle, 57 ans, était lycéen à Castelsarrasin. « Nos principales revendications, quand on a lancé le mouvement au lycée, étaient, avant tout, contre la discipline très stricte du surveillant général qui était un ancien militaire de carrière. Une contestation qui allait de pair avec le refus de la blouse grise que l’on nous obligeait à porter, tout comme d’avoir les cheveux courts. Avant 68, le pensionnat dans le lycée, c’était vraiment une caserne où il ne valait pas mieux déroger au règlement sous peine de passer ses dimanches en colle. Un soir, on s’est réuni et on a décidé d’occuper le lycée. Cela a duré un mois. C’est une période qui a véritablement motivé mes engagements futurs quand je suis devenu étudiant et j’ai milité jusqu’en 1975 dans les mouvements d’extrême gauche. »

|Chronologie

- 10 mai 1968 : 3 000 lycéens défilent, en matinée, dans les rues de Montauban. Ils font un sit-in devant la préfecture. « La Dépêche du Midi » consacre une partie de sa « une » nationale à l’événement.

- 12 mai : Une nouvelle manifestation des lycéens montalbanais se rassemble place Prax-Paris.

- 13 mai : Appel à la grève générale : 1millier de manifestants à Montauban.

- 18 mai : Les cheminots du département se mettent en grève.

- 20 mai : À Castelsarrasin, les élèves et enseignants du lycée mixte ont déclaré la grève illimitée et occupent les locaux.

- 21 mai : Première manifestation des lycéens castelsarrasinois auxquels se joignent les professeurs et le personnel administratif du lycée mixte de Saint-Louis à Saint-Jean qui font un sit-in devant la sous-préfecture. Le mouvement de grève s’étend d’EDF-GDF aux impôts, à la Sécu et au privé, notamment à Castelsarrasin, et aux ouvriers de Cégédur. Grand meeting intersyndical sous la halle Ligou.

- 22 mai : Les salariés de la Targa, à Moissac.

- 23 mai : Les syndicats enseignants du lycée technique de Montauban, suivi par celui de Castelsarrasin, demandent le report des examens.

- 24 mai : Manifestation paysanne, à l’appel de la Fdsea, à Castelsarrasin et à Caussade. Rassemblement des ouvriers de Cégédur et de la Targa qui votent la grève illimitée.

- 25 mai : Des rencontres entre les syndicats et le patronat ont lieu à la préfecture. À Castelsarrasin, une manifestation des métallos de Cégédur rassemble plusieurs centaines de grévistes. Devant le moulin de Moissac, près de 200 ouvriers du bâtiment tiennent le pavé.

- 26 mai : Meeting intersyndical rassemblant les ouvriers de Cégédur, les lycéens, les fonctionnaires, se réunit dans la salle Paul-Descazeaux, à (...)



| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Arkheia : Pensez à vous réabonner pour 2012
Avec la parution de nos numéros Les fusillés de la Libération et le hors série Azaña 4-5, nous clôturons l’abonnement 2011. Pour poursuivre votre abonnement pour 2012, n’attendez pas, renvoyez-nous dès aujourd’hui votre demande auquel est jointe votre chèque de 20 euros à Arkheia, 5 bld Marceau-Faure, 82100 Castelsarrasin. Vous pourrez ainsi recevoir en avant-première le numéro spécial Enfance brisée, enfance cachée. Le sort des enfants juifs dans le Sud-Ouest (n°25-26), à paraître au printemps 2012.
Les camps d'internement français
Jacques Godechot un lorrain à Toulouse Ce n’est pas à l’Université de Toulouse le Mirail ou il enseignait depuis 1945 que j’ai eu comme Professeur Jacques Godechot, que tous les étudiants nommaient « le Doyen ». C’est lors des années (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia