Arkheia, revue d'histoire

Collection "Archives du communisme" (Seuil)

Par Max Lagarrigue
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Critiques de livres
Auteur : Max Lagarrigue, historien, directeur de la revue Arkheia.
Page précédente


(...) le haut, Fried s’attache à sélectionner de jeunes militants qui formeront les futurs cadres du parti. Montant de toute pièce l’affaire Barbé-Célor en 1931, psychodrame stalinien qui visait à choisir les cadres les plus fidèles à la ligne quelle quel fut, Fried choisit les hommes qui resteront pendant plus de quarante ans à la direction du PCF : Thorez, Duclos, Frachon, Cachin...Cette tâche accomplie avec succès, Fried met en place “ l’armature du nouveau PCF stalinisé “. La création de la commission des cadres, en 1932, chargée de suivre tous les militants exerçant des responsabilités au moyen d’une questionnaire biographique et pour certains d’une autobiographie rédigée “ à la main, datée et signée “. Tous ces documents sont envoyés clandestinement à Moscou où ils sont traités par le département des cadres du Komintern. Durant toutes les années 30, Fried qui reste clandestin, voit quotidiennement Thorez et lui transmet les directives du Komintern. Fait saisissant, l’ouvrage nous apprend comment le problème crucial qui se pose pour les communistes en 1936 à savoir s’ils doivent participer ou non au gouvernement de Léon Blum est tranché. La question est décidée à Moscou, en l’absence de tout dirigeant français : le 19 mai, devant la direction du Komintern, Fried présente un rapport où il déconseille la participation. Moscou impose donc au PCF le “ soutien sans participation “.  
Page précédente



| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
D’un totalitarisme à l’autre... Les liaisons dangereuses de la Ligue des droits de l’homme
A lire : La Ligue des droits de l’homme adopta très tôt une attitude complaisante à l’égard du régime bolchevik. Retour sur l’histoire méconnue d’une certaine gauche qui, selon le mot de George Orwell, fut « antifasciste mais pas antitotalitaire ».
Les Caprices du Temps
Les graffitis de Belleperche Le mur du vaste escalier d’honneur XVIIIe est enrichi de graffitis dont beaucoup datent du XIXe siècle. L’éclairage latéral en intensifie l’émotion ressentie, donnant l’illusion du relief à ces (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia