Arkheia, revue d'histoire

De La Dépêche de Toulouse à La Dépêche du Midi

Par Félix Torrès
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia n°11-12-13
Auteur : Félix Torres agrégé d’histoire, il est notamment l’auteur de La Dépêche du Midi, histoire d’un journal en république, 1870-2000 (Hachette littératures, 2002.)

Page suivante

L’histoire de la Dépêche, née à Toulouse en 1870 avec la IIIe République, devenue du Midi en 1947, n’est pas une histoire banale. Car c’est à la fois une histoire politique – celle de l’implantation puis de l’affirmation de la République dans le Midi toulousain, avec la culture politique qui l’accompagne – et une histoire de presse, celle de l’un des plus anciens quotidiens français, l’un des plus importants journaux de province, avec un tirage de plus de 250 000 exemplaires, diffusé sur une dizaine de départements, l’équivalent d’un pays comme la Belgique.

Tout débute, le 3 octobre 1870, quand une équipe d’ouvriers typographes de l’imprimerie Sirven procède à l’impression d’une modeste feuille de quatre pages à un sou. La République vient de naître un mois plus tôt, la France dont l’armée a été défaite à Sedan est en péril, Paris est encerclé, affamé par les Prussiens. Dirigé Léon Gambetta, un natif de Cahors qui a fait ses études dans la Ville rose, le combat se poursuit au sud de la Loire, dans des villes comme Tours, Bordeaux ou Toulouse, qui font office de capitale par défaut. Tel est sans doute l’état d’esprit des deux premiers rédacteurs en chef du journal, Fernand Bonau puis Louis Braud. Défendre la France, c’est défendre la République, contre l’envahisseur d’abord, contre les ennemis de Marianne ensuite, les gouvernements d’Ordre moral les cléricaux et réactionnaires de tout poil. La démocratie installée est fragile, il convient de l’appuyer, de la promouvoir, de la construire. Lors du Seize-Mai, le modeste journal de Toulouse, suspendu près d’un mois, est à l’avant-garde du combat pour la République. La Dépêche ne vend alors que 20 à 30 000 exemplaires quotidiens. Au tournant du siècle, le tirage du quotidien de Toulouse est passé à plus de 100 000 exemplaires, répartis en douze éditions régionales, des Pyrénées à l’Allier, de l’Atlantique à la vallée du Rhône. La Dépêche a su tirer parti de la grande loi sur la presse de 1882, accompagner l’essor des lecteurs que forme de plus en plus l’école républicaine et laïque, que requiert la culture démocratique qui s’épanouit des mairies communales aux Chambres parlementaires parisiennes. On est d’abord frappé par l’extraordinaire continuité qui caractérise la Dépêche tout au long de son existence, qu’elle soit dirigeante, politique, régionale, toujours au nom de l’idée de la République et de la culture républicaine qui l’accompagne. Si, en 133 ans d’histoire, l’affaire de presse a changé quatre fois de main, chaque transmission a prolongé et élargit l’héritage existant. En 1879, la famille Sirven cède un journal qui n’a plus ses faveurs au groupe de presse parisien de Lepelletier. C’est à ce moment là qu’est fondée la société anonyme “ La Dépêche et le Petit toulousain ”, toujours en vigueur. Un journaliste (...)


Page suivante


| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Toutes les questions et les réponses sur l’Occupation
99 questions... La France sous l’Occupation de Max Lagarrigue. L’indipensable ouvrage pour tout comprendre sur le sujet. Pour le commander cliquez ici
Cahors. Fusillés : un tabou, un (...) LaDepeche.fr | Publié le 20/07/2011 08:14 La revue d’Histoire « Arkheia » propose dans son dernier numéro un passionnant dossier intitulé « Les fusillés de la Libération : un tabou cadurcien », (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia