Arkheia, revue d'histoire

De La Dépêche de Toulouse à La Dépêche du Midi

Par Félix Torrès
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia n°11-12-13
Auteur : Félix Torres agrégé d’histoire, il est notamment l’auteur de La Dépêche du Midi, histoire d’un journal en république, 1870-2000 (Hachette littératures, 2002.)

(...) républicain de combat est nommé à la tête du journal, Louis Blairet. On lui doit l’orientation du quotidien, jusque là dans le sillage privilégié des idées de Léon Gambetta, vers une gauche plus affirmée. En 1881, un petit groupe de républicains ariégeois composé de Rémy Couzinet, Alcide Gout et Rémy Sans achète la Dépêche. Les ventes explosent, notamment grâce au système des éditions départementales – l’un des premiers du genre en France. Le journal prend un caractère laïque, social et militant – radical en un mot – qui le hisse aux premiers rangs de la République quand celle-ci devient radicale au début du siècle, de Waldeck-Rousseau à Georges Clemenceau sans oublier Emile Combes. En 1909, Arthur Huc et Maurice Sarraut, entrés respectivement à la Dépêche en 1894 et 1889 prennent le pouvoir, supplantant les héritiers Sans-Couzinet. Ils vont incarner par excellence le magistère politique d’un journal à la fois régionale et national, qui s’impose comme l’un des porte-parole du parti charnière de la République, le Parti radical. En 1924, le baron Maurice de Rothschild manque de s’emparer du journal. Son indépendance est préservée grâce à l’intervention de l’entrepreneur de travaux publics de Valence d’Agen, Jean-Baptiste Chaumeil qui parachève son sauvetage en dotant le journal de son futur patron, Jean Baylet. Après la disparition de Maurice Sarraut, le maire de Valence d’Agen saura mener une double tâche : faire renaître la Dépêche après les heures sombres de l’Occupation, réinstaller dans le Midi toulousain l’influence radicale, celle de la Dépêche justement. Son épouse, Evelyne Baylet, devenue l’héritière de Jean Baylet après la disparition précoce de ce dernier en 1959 reprendra à son tour le flambeau sous le nom d’Evelyne-Jean Baylet. Elle maintiendra et modernisera le journal, afin de préserver son rayonnement politique, au moins régional, face à la Ve République du général de Gaulle, dont l’esprit et la culture heurtent la démocratie telle qu’elle se pratique en Sud-Ouest. Car la Dépêche n’est pas seulement un journal. C’est tout autant une institution, un puissant vecteur d’influence et de culture politique. Le journal né en 1870 a plus qu’accompagné l’implantation de la République dans le Midi toulousain, elle a contribué à la bâtir, alors qu’aucune prédisposition religieuse ou historique – le souvenir de la Révolution française par exemple – n’y préparait une région aux contours incertains. Par ses articles journaliers, par ses prises de position politiques, par son engagement sans réserve dans chaque élection, qu’elle soit municipale, cantonale, législative, la Dépêche a contribué à façonner jour après jour, édition après édition, le fameux Midi rouge – la couleur de la République au sud de la Loire, on l’a oublié –, du côté des pays de Garonne, qui n’est pas tout à (...)


| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
En vente sur ce site
1940, la Belgique du repli. L’histoire d’un petite Belgique dans le Sud-Ouest de la France (100 photos et 50 témoignages inédits).
Famine en Ukraine ( Holodomor) : (...) Chacun sait que parmi les innombrables joyeusetés de « l’exception française » figure en bonne place un négationnisme d’extrême droite prétendant que dans les chambres à gaz n’ont été exterminés que des (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia