Arkheia, revue d'histoire

Droit de suite : les fusillés de Cahors, 1944

Par Cécile Vaissié
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Agenda
Dans notre dernier numéro paru, la recherche inédite de l’universitaire Cécile Vaissié a rappelé pour les uns, révélé pour beaucoup, un tabou cadurcien, celui de quinze "présumés collaborateurs" fusillés par les FFI, sans procès, manu miltari, dans l’euphorie de la Libération. Comme le confirme l’historienne ces exécutions étaient pour le moins expéditives et suspectes. De facto parmi les fusillés du 20 août 1944 dans le cimetière de Cahors, il n’y aurait qu’un seul milicien avéré, le dénommé : Marc Cavanié. Comment expliquer alors dans ce groupe de fusillés, la présence d’un Alsacien réfugié Florent Shroetter (réhabilité déclaré mort pour la France en 2008) ou de deux juifs algérois réfugiés à Cahors, Meyer et Roger Dahan. Cette riche contribution n’a pas manqué de susicter de nombreuses réactions à laquelle Cécile Vaissié n’a pu répondre. C’est ce droit de suite que nous lui accordons dans le prochain numéro d’Arkheia à paraître ce printemps 2012. Elle publiera également un autre article qui promet bien des débats sur les auxiliaires français de la Gestapo cadurcienne en retraçant notamment le parcours de Gabriel Benoni alias le gitan.


| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Pierre Lefranc avait ses attaches en Corrèze
Pierre Lefranc est mort. L’un des barons du gaullisme s’est éteint le 7 janvier 2012. L’occasion pour Arkheia d’exhumer de ses archives l’entretien qu’il nous avait accordé dans notre numéro 7-8-9 dédié au gaullisme et à l’antigaullisme dans le Sud-Ouest. (n°7-8-9). Notre correspondant en Corrèze Gilbert Beaubatie nous rappelle également que l’ancien résistant gaulliste avait ses attaches dans le Sud-Ouest, plus particiulièrement à Brive.
Henri Queuille et l’affaire Stavisky Homme politique incontournable de la IIIe République, Henri Queuille occupa de nombreux maroquins ministériels. Inamovible ministre de l’Agriculture de l’Entre-deux-guerre, il n’en fut pas moins, en (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia