Arkheia, revue d'histoire

Edito

Par Max Lagarrigue
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia n°4

Page suivante

Avec cette dernière livraison, l’équipe d’Arkheia a réussi son pari : lancer une revue d’histoire régionale centrée sur l’étude de ce siècle finissant. L’ambition était au rendez-vous mais comme tout projet d’envergure l’aventure était osé et périlleuse. L’association Arkheia qui préside à la publication de cette revue du même nom - plus revue en tant que telle que revue associative - n’entend pas se limiter à cette seule publication. Notre entreprise donnera lieu, dans le courant du printemps prochain, à la parution aux éditions Privat des actes du colloque international qu’Arkheia, en partenariat avec la mairie de Montauban, organisa du 10 au 14 mai 2000. Un ouvrage riche et inédit sur le destin d’une France meurtrie, recroquevillée à l’extrême durant quelques mois d’une Drôle de guerre ; une France du repli qu’il ne faudra pas manquer de se procurer pour combler les lacunes de cette période de mai à septembre 1940.

A nos fidèles lecteurs, nous proposons donc pour ce quatrième numéro pas moins de six recherches fort distinctes. En ce sens la pluralité intellectuelle d’Arkheia est préservée. Notre attachement a publié des études d’étudiants demeurent intactes avec l’étude historique du film de Robert Enrico, Le Vieux fusil dont l’essentiel du tournage fut réalisé entre Montauban et Bruniquel, et qui nous est proposé par Stefan Moriamez. L’article de Dominique Versavel, diplômé d’une thèse à l’école des Chartes, est significatif des travaux que nous voulons faire goûter à nos lecteurs et qui demeurent trop souvent dans quelques poussiéreuses bibliothèques universitaires. Sous un angle original, Dominique Versavel éclaire un événement régional qui marque encore la mémoire collective du Sud-Ouest de la France. En effet, si l’événement tragique en question est l’inondation de mars 1930 qui a été de nombreuses fois l’objet d’études diverses - cette année l’Académie de Montauban sous les auspices de Robert Guicharnaud a consacrée une conférence à Adolphe Poult, l’un des « courageux » montalbanais qui périt lors des sauvetages qu’il effectuait – la recherche que nous publions, s’attache à partir de cet événement à l’étude symbolique, voire quasi ethnographique des voyages présidentiels. En l’occurrence, il s’agit du gardois Gaston Doumergue qui avait été élu à la faveur de la victoire du Cartel des gauches aux élections de 1924. Dans la suite de ses travaux, le dossier que nous ouvrons sur les camps d’internements français durant la période 1939-1945, n’est qu’un prémisse aux prochaines publications concernant ce thème. Regrettant quelque peu certains travaux très synthétiques, nous nous proposons et toutes les bonnes volontés sont les bienvenues, de reprendre le dossier à l’échelle locale. En effet, il nous semble que les disparités d’un camp à l’autre, sont trop importantes et (...)


Page suivante


| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Pierre Lefranc avait ses attaches en Corrèze
Pierre Lefranc est mort. L’un des barons du gaullisme s’est éteint le 7 janvier 2012. L’occasion pour Arkheia d’exhumer de ses archives l’entretien qu’il nous avait accordé dans notre numéro 7-8-9 dédié au gaullisme et à l’antigaullisme dans le Sud-Ouest. (n°7-8-9). Notre correspondant en Corrèze Gilbert Beaubatie nous rappelle également que l’ancien résistant gaulliste avait ses attaches dans le Sud-Ouest, plus particiulièrement à Brive.
Vichy État occitan ?
L’exil de Stanley Hoffmann, témoignage Je ne puis vous offrir qu’un squelette de témoignage. L’exode, c’était il y a soixante ans. J’avais, en 1941, voulu fixer mes souvenirs dans des carnets d’écolier, en me disant que je ne voulais rien (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia