Arkheia, revue d'histoire

Fallières : une statue encombrante

Par Jean-Pierre Koscielniak
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia 20
Auteur : Jean-Pierre Koscielniak est Professeur d’histoire à Agen, auteur de Collaboration et épuration en Lot-et-Garonne, 1940-45 (Albret, 2003) et prépare un ouvrage sur les statues de bronze enlevées en Lot-et-Garonne sous le régime de Vichy.

Page suivante

Homme politique de Lot-et-Garonne avant d’accéder à la présidence de la République, Armand Fallières eut les honneurs de la République. En 1938, une imposante statue de bronze était édifiée, à Mézin. Nonobstant, le régime de Vichy décidait, en 1942, de supprimer ce symbole gênant du « Patriarche de la République. »

« Pour l’éducation des générations qui arrivent, il n’y a pas de leçons plus pénétrantes et d’un plus durable effet que celles qui se dégagent de la vue de ces images de bronze ou de marbre élevées au coeur de nos grandes ou de nos petites villes à la gloire des contemporains dont la vie a été un exemple et mérite d’être un enseignement pour l’avenir » s’exclamait Armand Fallières à Marmande, le 3 octobre 1909, à l’occasion de l’inauguration du buste de l’ancien ministre Léopold Faye, et quelques jours seulement avant l’inauguration de celui du ministre Pierre Deluns - Montaud à Allemans-du-Dropt. Outre la mission d’instruction civique dévolue à la sculpture en ce début de XXe siècle – révéler la valeur et les vertus de l’homme statufié– , le Président, par ce discours, rappelle la volonté de la République de pérenniser ses valeurs dans le bronze et de s’aménager des lieux d’accroche. Autant de raisons qui font qu’il avait à son tour peu de chances d’y échapper… La promesse en est d’ailleurs faite par Lucien Duplan, maire de Mézin, dès ses obsèques le 25 juin 1931. Mais la constitution d’un comité local, d’un comité de Haut-Patronnage et d’un Comité d’honneur regroupant les hommes politiques les plus en vue, ne permettent pas pour autant de s’affranchir aisément de l’obstacle financier, inhérent à une telle entreprise. Il faut donc attendre 1936 et le lancement d’une souscription nationale pour voir le projet prendre corps. La réalisation de la statue est alors confiée à Daniel Bacqué, sculpteur originaire de Vianne, maintes fois médaillé, que la municipalité connaît pour lui avoir commandé en 1925 le monument aux morts de la guerre 1914-1918.  (...)


Page suivante


| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
D’un totalitarisme à l’autre... Les liaisons dangereuses de la Ligue des droits de l’homme
A lire : La Ligue des droits de l’homme adopta très tôt une attitude complaisante à l’égard du régime bolchevik. Retour sur l’histoire méconnue d’une certaine gauche qui, selon le mot de George Orwell, fut « antifasciste mais pas antitotalitaire ».
Paul Loubradou, communiste rebelle Le député bergeracquois Paul Loubradou fut-il une personnalité politique atypique ? Sans doute , chacun essayant de l’être à sa manière. Grande figure à la destinée singulière et tragique , il fut (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia