Arkheia, revue d'histoire

Histoire d’une vie de Aharon Appelfeld

Par par Hervé Couton
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Critiques de livres

Page suivante

C’est une suite de « fragments de mémoire et de contemplation » que nous livre Aharon Appelfeld dans l’histoire de sa vie. Né en 1932 à Czernowitz (actuelle Tchernovtsy ukrainienne) en Bucovine alors rattachée à la Roumanie, Aharon Appelfeld commence son livre par les souvenirs d’une enfance heureuse dans une famille juive bourgeoise, cultivée, laïque et assimilée. L’enfance est ponctuée par des vacances chez ses grands parents, à la campagne non loin des Carpates. Là, il passe des moments de bonheur intense ; une période où la mémoire se fabrique à partir des sens et de la contemplation. C’est par exemple la surprise d’entendre ses grands parents parler Yiddish, une langue qu’il ne connaît pas, lui dont la langue maternelle est l’Allemand, où encore la joie de faire mille rencontres pendant les promenades qui mènent à la synagogue du grand père où l’office l’impressionne. Cette enfance ne va durer que sept ans, ce bonheur idyllique va brutalement basculer dans le cauchemar et le chaos de la barbarie nazie. C’est alors que l’éveil à la vie va se transformer en lutte pour la survie. La famille est enfermée dans le ghetto où sa mère est assassinée ; il n’assiste pas à sa mort mais il entend « son seul et unique cri » ; emprisonné dans un camp de concentration avec son père, qui y meurt, le jeune Aharon, âgé de dix ans parvient à s’échapper. Commence alors pour lui une errance solitaire. Et c’est parce que le jeune Aharon ne considère pas la mort comme une fin, que l’espoir de retrouver sa famille va lui permettre de survivre ; « ce fol espoir m’accompagna durant toutes les années de guerre, il s’élevait en moi chaque fois que le désespoir posait ses lourds sabots sur moi ». Il va errer dans les forêts d’Ukraine car « dans la forêt personne ne meurt de faim » ; l’hiver, il se place chez un vieil aveugle, ou chez Maria la prostituée qui l’exploitent et le maltraitent, lui accordant le strict nécessaire. Pendant ces années « il élève la méfiance au rang d’un art », qui lui fait préférer « la forêt aux champs ouverts, l’écurie à la maison, le porteur de tare aux hommes sains, les hommes chassés de leur village aux soi-disant honnêtes propriétaires ».

Puis vient la longue marche d’Ukraine en Italie qu’il partage avec d’autres enfants et où « des gens mauvais, violents et corrompus » vont les agresser tout au long de la route qui les mènera jusqu’en Palestine. Là il est pris en charge par l’organisation sioniste Alyat Hanoar, dont la mission est d’encadrer l’immigration d’enfants et d’adolescents en Palestine et de les former à la vie pionnière des Kibboutz. C’est alors que va commencer la lente reconstruction de l’être meurtri et déstructuré qu’il est devenu.

Cette reconstruction va commencer par le réapprentissage de la parole puis le choix de la langue. Ces années de (...)


Page suivante


| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
soutenez la revue Arkheia
L’association Arkheia regroupe un collectif totalement bénévoles qui oeuvre depuis maintenant 10 ans pour collecter des archives, recueillir des témoignages de témoin clé comme d’anonyme pour mettre à jour notre histoire locale, notre patrimoine commun régional. Ce n’est que par la contribution de nos lecteurs et plus particulièrement par leur abonnement que ces recherches et surtout la publication de la revue Arkheia est rendue possible. Alors offrez Arkheia à ceux que vous aimez ! Un ouvrage offert pour chaque abonnement de soutien.
Gaullisme et antigaullisme
Cahors. Fusillés : un tabou, un (...) LaDepeche.fr | Publié le 20/07/2011 08:14 La revue d’Histoire « Arkheia » propose dans son dernier numéro un passionnant dossier intitulé « Les fusillés de la Libération : un tabou cadurcien », (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia