Arkheia, revue d'histoire

Histoire des francs-maçons en France de Daniel Ligou

Par Michel Alozy
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Critiques de livres
Critique : Michel Alozy

Après le tome I qui traitait de l’histoire de la franc-maçonnerie en France, de 1725 à 1815, vient de paraître le second volume qui analyse l’évolution à compter de 1815, nous montrant une maçonnerie plus cohérente qu’à ses débuts. En effet, le clergé a disparu sur le plan social et la noblesse est en train de se retirer. Idéologiquement, le combat et la laïcisation de la société apparaissent au cœur de l’activité de l’Ordre. Dès 1877, le Grand-Orient a supprimé l’obligation de croire en Dieu, les obédiences anglo-saxonnes rompent alors leurs relations et en 1880 se crée la Grande Loge Symbolique Ecossaise, à partir de laquelle naîtra d’abord, en 1893, la première obédience mixte, le Droit Humain, puis, en 1894, la Grande Loge de France. Elle obtiendra son autonomie totale en 1904. La Troisième République devient le point d’aboutissement de l’engagement des deux principales obédiences, le Grand-Orient et la Grande Loge de France. Elles connaissent une augmentation considérable de leurs effectifs par leur participation directe à la vie politique, encore que les liens avec les Frères parlementaires ne soient pas toujours des meilleurs.

En 1906 émerge un désir de prendre des distances avec l’action politique, certains privilégiant la réflexion philosophique. Entre 1914 et 1918, la fraternité se resserre entre les obédiences, avec des hauts et des bas à partir de 1919. Après les persécutions du régime de Vichy et l’action commune dans la Résistance des Francs-maçons de toutes origines, la réorganisation, après la Libération, aboutit à nouveau à une pluralité de visages. En 1945 est fondée l’Union maçonnique féminine de France, qui formera en 1952 la Grande Loge féminine française. En 1947 se crée la Grande Loge Nationale Française, puis, à partir de celle-ci, en 1958, la Grande Loge Nationale dite “ Opéra ” qui deviendra la GLTSO.

Un très bon ouvrage publié par les Éditions Privat qui permet aux initiés et aux autres de se faire une idée plus nette de cette association, loi 1901, qui est souvent maladroitement qualifié de “ secte ” ou cantonné à “ un réseau d’influences ”. Cette réédition menée par Daniel Ligou aura le mérite d’avoir éclairé la diversité des membres et la pluralité des obédiences qui existent à ce jour.

Daniel Ligou, Histoire des francs-maçons en France, de 1815 à nos jours (tome 2), Toulouse, Privat, 2000.



| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
La légende du bromure durant la Drôle de guerre
Mobilisé sur le front, Albert Lefèvre participe à la rédaction des journaux régimentaires. Destinée à maintenir le moral des troupes, cette presse le fait l’écho de l’utilisation du bromure. Une substance qui permettrait de réduire la virilité des permissionnaires.
Gaullisme et antigaullisme
Paul Loubradou, communiste rebelle Le député bergeracquois Paul Loubradou fut-il une personnalité politique atypique ? Sans doute , chacun essayant de l’être à sa manière. Grande figure à la destinée singulière et tragique , il fut (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia