Arkheia, revue d'histoire

Ils ont su dire NON. Paroles de Résistants de Pierre Laborie et François Icher

Par par Gilbert Beaubatie
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Critiques de livres
Page précédente


(...) Flory, au cours d’une messe de minuit de Noël 1942, à laquelle assistaient des Allemands, n’a pas craint de faire amener solennellement dans la crèche un Enfant Jésus portant l’étoile jaune ! Mais l’étonnement est au centuple lorsqu’on lit sous la plume de l’écrivain Georges Bernanos un vibrant plaidoyer en faveur de l’ancien ministre Georges Mandel. Bien que n’ayant "jamais montré beaucoup de goût pour les Juifs", il considère ce dernier "mille fois plus sacré que les autres", et réclame haut et fort sa libération du camp de Buchenwald où il a été transféré. "Si vos maîtres ne nous rendent pas Mandel vivant, vous aurez à payer ce sang juif d’une manière qui étonnera l’histoire - entendez-vous, chiens que vous êtes - chaque goutte de ce sang versé en haine de notre ancienne victoire est plus précieuse que la pourpre d’un manteau de cardinal fasciste - est-ce que vous comprenez bien ce que je veux dire, amiraux, maréchaux, excellences, éminences et révérences ? " (2) A ces lignes accusatrices et vengeresses, publiées le 1er juin 1943 dans le journal Libération, on ajoutera du même auteur deux autres citations : la première accuse "la prétendue Révolution Nationale" d’être "la révolution des ratés", qui "s’est si naturellement et si facilement incarnée dans les vieillards" ; la seconde désigne "le Pétain de Rethondes" comme "le crachat des morts" ! (3)

La lecture de ce livre ne peut qu’être recommandée : éclairé de photographies et de citations complémentaires, il constitue une solide contribution à l’histoire et à la mémoire d’une période cruciale, qui n’arrive toujours pas à passer.

NOTES
- 1 Et même corrézien : à la page 12, le texte de Charles Péguy, distribué à Brive par Edmond Michelet et des amis sous forme de tracts, à partir du 17 juin 1940 ; à la page 245, on reconnaît Marcel Barbanceys, chef d’un camp de maquisards AS, situé dans les gorges de la Dordogne, dans "un endroit sauvage et quasiment inaccessible". La photo a été prise depuis la grotte du Chambon, sans doute au début des années cinquante.
- 2 Georges Mandel a été ramené en France durant l’été 1944 et incarcéré à la maison d’arrêt de la Santé. Mais le 7 juillet, dix jours après l’assassinat de Philippe Henriot, ministre de la Propagande de Pétain, des miliciens en accord avec les Allemands l’ont abattu dans la forêt de Fontainebleau.
- 3 Georges Bernanos, Ecrits de combat, sans date, pages 26 et 61.  

Page précédente



| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Hitler à Paris, juin 1940
Un ouvrage majeur à découvrir : Hitler à Paris, juin 1940 (Tiresisas éditions) de notre collaborateur, l’historien Cédric Gruat.
Le Midi dévasté par les inondations, (...) Les 2 et 3 mars 1930, les eaux du Tarn se déchaînent sur la cité d’Ingres et de Bourdelle. Les quartiers populaires de Sapiac et la ville basse de Villebourbon sont engloutis. Aux victimes (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia