Arkheia, revue d'histoire

Jean-Luc Aubarbier, Les Démons de soeur Philomène

Par Guy Penaud
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia n°11-12-13

Page suivante

Sur la couverture du livre de Jean-Luc Aubarbier, " Les Démons de sour Philomène ", paru aux éditions JC Lattès, est mentionné " roman ". Mais, est-ce bien un roman, avec tout ce que cela implique de personnages imaginaires et de rebondissements inattendus ? Ou bien, ce roman, cette histoire pour le moins extraordinaire, était-elle inspirée d’une affaire réelle comme seule une période semblable à celle de la Résistance a pu en engendrer ? Jean-Luc Aubarbier est un auteur à qui l’on doit déjà plusieurs livres historiques, dont " Les Sites Templiers de France " ou " Le Pays Cathare ". Cette fois-ci, le libraire de la capitale du Périgord Noir s’est lancé dans l’écriture d’une fresque romanesque. C’est d’abord une belle histoire d’amour - sortant, il faut le dire, de l’ordinaire -, avec tout ce qu’il faut de passion, de trahison et finalement une descente aux enfers. Nous sommes en 1943, en Périgord. Epoque trouble, où bien des règles tombent et où les esprits s’enflamment. Songez qu’une sour - une religieuse - est tombée amoureuse d’un homme, un prêtre. Tout aurait été simple si cet amour était resté dans le secret des alcôves. Mais souvent les histoires d’amour finissent mal. Une séparation. Le prêtre qui trouve une nouvelle compagne. Sour Philomène, folle d’avoir été trahie, à son tour va trahir. Quelques confidences recueillies sur l’oreiller lui ont permis de savoir que son amoureux était un résistant, mais encore les noms des responsables locaux de la Résistance. La suite de l’histoire, je laisse le soin aux lecteurs de la découvrir, puisque de rebondissements en déchirements, la fin du roman est digne des plus grandes tragédies. Dans ce livre, l’auteur ne ménage pas le suspens. Les lieux et les événements sont fidèlement rendus, les personnages sont plus vrais que nature. Depuis longtemps on le sait : la réalité dépasse souvent la fiction. En fait, pour écrire son livre, Jean-Luc Aubarbier s’est inspiré - il ne s’en cache d’ailleurs pas, ce qui est tout à son honneur - d’une histoire vraie. Car sour Philomène a bien existé. Comme son prêtre d’amant. Comme la plupart des faits qui nous sont distillés au fil des pages. Le premier à avoir évoqué cette affaire fut Alfred Dutheillet de Lamothe, dans son ouvrage " Bataillon Violette ", paru en 1981. Deux ans plus tard, le destin hors du commun de sour Philomène fut longuement développé dans l’Histoire de la Résistance en Périgord " publiée par les Editions Fanlac. Cette stupéfiante histoire d’amour est aujourd’hui parfaitement restituée dans toute sa complexité grâce à Jean-Luc Aubarbier. L’excellent romancier qu’il est maintenant n’a pas oublié de s’appuyer sur une documentation importante. De ce fait, le livre ne se lit pas seulement comme un roman à clés mais comme le témoignage d’une époque intense et d’une région encore aujourd’hui fortement marquée par la terrible lutte du bien contre le  (...)

Page suivante


| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Arkheia : Pensez à vous réabonner pour 2012
Avec la parution de nos numéros Les fusillés de la Libération et le hors série Azaña 4-5, nous clôturons l’abonnement 2011. Pour poursuivre votre abonnement pour 2012, n’attendez pas, renvoyez-nous dès aujourd’hui votre demande auquel est jointe votre chèque de 20 euros à Arkheia, 5 bld Marceau-Faure, 82100 Castelsarrasin. Vous pourrez ainsi recevoir en avant-première le numéro spécial Enfance brisée, enfance cachée. Le sort des enfants juifs dans le Sud-Ouest (n°25-26), à paraître au printemps 2012.
Les camps d'internement français
Moissac : Wolf Glazman, un enfant (...) LaDepeche.fr | 21/12/2009 04:34 Moissac. Wolf Glazman est un des nombreux enfants juifs cachés au bord du Tarn entre 1939 et 1943 par les éclaireurs israélites de France. Témoignage. « Cette (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia