Arkheia, revue d'histoire

Jean-Paul II : témoin de l’espérance par Georges Weigel, partie II

Par Bernard Housset
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Critiques de livres
Auteur : Mgr Bernard Housset, Evêque de Montauban.
Page précédente


(...) détournant de la Realpolitik, il estime que le jugement moral -la plus haute activité humaine- ne peut être exclu de ce domaine. La prudence étant une vertu, donc une force, ne peut accepter la soumission a un régime athée, inique et tyrannique. Entre le primat de Varsovie et celui de Cracovie, le front restera uni malgré la différence des points de vue et des manières, mais, pour le pouvoir polonais, l’imprévisible et le plus efficace adversaire est Wojtyla, intellectuel plus perspicace, et personnage charismatique. C’est lui qui conteste le mieux la prétention du régime à être le vrai représentant du peuple. Il attire les jeunes. Il regarde toujours Yalta comme un désastre moral, et l’Europe qui en est issue comme un système à éliminer. Il soutient l’église de Tchécoslovaquie, ordonne en secret des prêtres pour les paroisses de ce pays voisin. A la fin des années 1970, c’est de plus en plus évident que la Pologne est victime de l’irréalisme qui est à la base de l’idéologie marxiste. Le matérialisme “‑scientifique‑”, négateur de la liberté et de l’esprit, non seulement fait resurgir ailleurs l’esprit et les appels à la liberté, mais aboutit très logiquement à la pénurie de toutes les matières les plus nécessaires à la vie matérielle. La lettre pastorale des évêques polonais (1978) reflète très bien la pensée de Wojtyla : “‑L’esprit de liberté est le climat propice au plein épanouissement de la personne. Sans la liberté, la personne est diminuée et tout progrès périclite‑”. Comment ne saluerait-on pas avec enthousiasme en Karol Wojtyla un résistant contre toutes les formes d’asservissement et un lutteur puissant en faveur de l’authentique liberté humaine ? Le livre de Georges Weigel a le grand mérite de la mettre en valeur.

Une biographie : Jean-Paul II, témoin de l’espérance, par Georges Weigel (traduit de l’américain par Philippe Bonnet, Sabine Boulongne, Valérie Rosier, Floriane Vidal) 1174 pages, éditions Jean-Claude Lattès, 1999, 198 F. 

Page précédente



| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
D’un totalitarisme à l’autre... Les liaisons dangereuses de la Ligue des droits de l’homme
A lire : La Ligue des droits de l’homme adopta très tôt une attitude complaisante à l’égard du régime bolchevik. Retour sur l’histoire méconnue d’une certaine gauche qui, selon le mot de George Orwell, fut « antifasciste mais pas antitotalitaire ».
Les Caprices du Temps
Les graffitis de Belleperche Le mur du vaste escalier d’honneur XVIIIe est enrichi de graffitis dont beaucoup datent du XIXe siècle. L’éclairage latéral en intensifie l’émotion ressentie, donnant l’illusion du relief à ces (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia