Arkheia, revue d'histoire

Jean-Paul II : témoin de l’espérance par Georges Weigel, partie I

Par Bernard Housset
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Critiques de livres
Auteur : Mgr Bernard Housset, Evêque de Montauban.

(...) traditionnelle. Il y montre que l’amour conjugal ne peut naître que de deux libertés en quête d’un bien commun et que utiliser quelqu’un est le contraire de l’amour.

Devenu en 1958 évêque auxiliaire de Cracovie, il inaugure, à Noël 1959, la coutume de célébrer en plein air dans le froid intense, la messe de minuit dans une cité ouvrière que les autorités qualifient de modèle parce qu’elle est bâtie tout exprès sans église. Au Concile Vatican II (1962-1965), participant zélé, il collabore à la rédaction de la constitution pastorale sur “‑l’église dans le monde‑” (Gaudium et spes). De même à une déclaration en faveur de la liberté religieuse, opposée à tout aliénation et tout asservissement. Il impressionne fort les théologiens français Congar, Garrone, de Lubac, Daniélou. En 1963, il est devenu archevêque de Cracovie. En 1969, il publie un ouvrage difficile,‑Personne et Acte‑ -c’est à dire les fondations de la solidarité-. Solidarité ! Seule attitude qui permette à l’individu libre de servir le bien commun et de trouver son plein épanouissement personnel en complément avec les autres. Dans son grand diocèse de Cracovie, son souci constant est de protéger son peuple d’un état qui veut déraciner la culture chrétienne de la Pologne. D’où deux projets à soutenir : construire des églises et manifester en public le catholicisme. Il crée peu à peu 11 nouvelles paroisses et 10 centres paroissiaux. C’est à l’unisson de la croissance de la ville et des banlieues. Cela suppose d’inlassables requêtes de permis de construire ; l’état fait traîner en longueur, mais, quartier par quartier, l’évangélisation fait naître des paroisses de fait -le fait accompli- où les laïcs, excédés par les atermoiements du pouvoir, ajoutent leur propre pression. Un cas significatif : Nowa Huta. D’énormes immeubles locatifs, dont l’architecture a été conçue pour isoler les familles, empêcher un vrai voisinage et perfectionner le fichier inquisiteur des autorités. La grande église envisagée dès la messe de minuit 1959 ne sera autorisée de construction qu’en 1967. Même action dans un autre quartier de Nowa Huta, où le prêtre intrépide, soutenu par l’archevêque mais harcelé par la “‑sécurité de l’état‑”, épuisé par de perpétuels interrogatoires, meurt d’un arrêt cardiaque à 39 ans en en 1976. Même combat pour maintenir la procession de la Fête-Dieu à Cracovie. En vue de la supprimer, les autorités de la ville multiplient les tracasseries, et d’abord prétendent modifier le trajet pour l’écourter. D’innombrables protestations de l’archevêque devenu cardinal en 1967. Ses appels à la liberté, l’emprise de ses discours sur la foule, son obstination à réclamer le respect des droits de l’homme et de la conscience, de plus en plus reconnus à travers le monde...et la procession passe. L’état a fermé la faculté (...)



| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
La légende du bromure durant la Drôle de guerre
Mobilisé sur le front, Albert Lefèvre participe à la rédaction des journaux régimentaires. Destinée à maintenir le moral des troupes, cette presse le fait l’écho de l’utilisation du bromure. Une substance qui permettrait de réduire la virilité des permissionnaires.
Itinéraire d’une famille belge pendant la L’invasion éclair de l’allemagne a lieu le 10 mai 1940. La bataille dure 18 jours, suivent la capitulation, l’Armistice de l’armée française. Dans la nuit du 9 au 10 mai 1940, la radio nationale belge (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia