Arkheia, revue d'histoire

Jean Rounault : un Toulousain d’adoption déporté en URSS

Par Jean-Louis Panné
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia 23-24
Auteur : Jean-Louis Panné est historien et éditeur chez Gallimard, il est notamment l’auteur de Boris Souvarine, le premier désenchanté du communisme (Robert Laffont, 1993) et Jan Karski, le roman et l’histoire (éditions Pascal Galodé, 2010).

Venu de Roumanie pour étudier, Rainer Biemel dit Jean Rounault (1910-1987) fut dès 1926 élève au lycée Gambetta (Toulouse), puis étudiant à la Sorbonne. Son antinazisme lui valut d’être inquiété par la Gestapo en 1940 : il dut quitter Paris pour se réfugier à Toulouse, y bénéficiant de l’aide de nombreux amis. Rentré en Roumanie en 1941, il fut déporté en URSS en janvier 1945, avec environ 70 000 autres Roumains d’origine germanique. Son histoire est aussi celle de la mère d’Herta Müller. Prix Nobel de littérature 2009, celle-ci a consacré son livre : « La Bascule du souffle » à cette déportation oubliée à travers le personnage d’un ami poète qui subit le même sort.

Jean Rounault, auteur de Mon ami Vassia. Souvenirs du Donetz, initialement paru en 1949 aux éditions Sulliver et récemment réédité, eut un itinéraire singulier. Né en Roumanie en 1910 dans une famille d’origine luxembourgeoise, Rainer Samuel Biemel – son identité officielle – fit une partie de ses études secondaires à Toulouse puis des études de philosophie à la Sorbonne, avant de se lancer dans le journalisme, écrit et parlé. Une initiation culturelleSes années toulousaines comptèrent beaucoup dans sa formation. Interne au lycée Gambetta à partir de 1926, il eut comme professeur Jean Baby (voir encadré p. 32). Il y rencontra des professeurs qui l’initièrent à la philosophie, comme M. Bouvard. Surtout, ce qu’il appelle joliment son « noviciat », qui le fit devenir « peu à peu français », furent des années de découverte qui enchantèrent son existence : « Grâce à André Ferran qui fut mon professeur de première et resta un ami, j’appris ce que fut la recherche de Baudelaire, la poésie de Racine et de Nerval et l’écriture des classiques. » Professeur de latin, André Ferran avait en effet soutenu une thèse sur Baudelaire.

Pour lire la suite... commander notre numéro en version papier ou numérique.



| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Pierre Lefranc avait ses attaches en Corrèze
Pierre Lefranc est mort. L’un des barons du gaullisme s’est éteint le 7 janvier 2012. L’occasion pour Arkheia d’exhumer de ses archives l’entretien qu’il nous avait accordé dans notre numéro 7-8-9 dédié au gaullisme et à l’antigaullisme dans le Sud-Ouest. (n°7-8-9). Notre correspondant en Corrèze Gilbert Beaubatie nous rappelle également que l’ancien résistant gaulliste avait ses attaches dans le Sud-Ouest, plus particiulièrement à Brive.
LDH : les liaisons dangereuses de (...) La commission consacrée au procès est finalement élargie à Albert Bayet et à Maurice Paz. Rien ne semble toutefois aboutir, à lire la lettre de démission de ce dernier : « Je suis arrivé à la conviction (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia