Arkheia, revue d'histoire

Journées Manuel Azaña, revue de presse 2010

Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Revue de presse

Page suivante

Azaña : les journées 2010 en photo

Les 4 et 5 novembre 2010 dans la salle de conférence des Augustins (Montauban), le colloque intitulé "Manuel Azaña, une mémoire vivante ?" s’est tenu en présence notamment des universitaires Paul Auber (aix-en Provence) et Geneviève Dreyfus-Armand (BDIC, Paris X Nanterre).

Un colloque international avec la participation d’historiens espagnols tels qu’Alicia Alted communicant sur "Les gouvernements républicains en exil et la mémoire de Manuel Azaña" ou Angel Herrerin Lopez (UNED, Madrid) livrant une remarquable communication sur la "Mémoire anarchiste de la IIe République."

Durant la deuxième session de colloque sous la direction du professeur Jean-Pierre Amalric, l’historien et universitaire Toulousain Bruno Vargas a produit une communication sur "Manuel Azaña dans la mémoire des socialistes espagnols." En compagnie ici de José Antonio Alonso Alcade alias Commandant Robert, ancien chef d’état major de la 3e brigade des Guérilleros (Ariège, FFI).

Participant également à cette session, l’un des plus éminents spécialistes du président Azaña, le professeur Santos Julia (UNED, Madrid) qui a communiqué sur "La perfidia del resentido : Manuel Azaña dans l’imaginaire des vainqueurs" (à droite). A sa droite, l’historien de l’université autonome de Madrid, Fernando Hernandez Sanchez qui s’est intéressé à "Manuel Azaña et les communistes espagnols : une relation tortueuse."

La très remarquée intervention du José Antonio Alonso Alcade alias Commandant Robert a clôturé le colloque de ces 5e journées Manuel Azaña.

Dans l’assistance, Mariano Marcos, ancien militant de l’Izquierda Républicana a témoigné de son engagement dans les rangs du parti républicain d’Azaña.

Au théâtre Olympe de Gouges (Montauban), les comédiens Joël Durozier et Caroline Arragain ont terminé par une standing ovation pour leur interprétation remarquable d’Ay Carmela ! (sur une traduction et mise en scène d’Alberto Castrillo-Ferrer).

Elus, associations, compagnons de route, républicains se sont réunis, samedi 6 novembre au cimetière urbain de Montauban pour un nouvel hommage à l’ancien chef d’Etat.

La chanteuse Equidad Barrès a ému jusqu’aux larmes l’assistance avec son interprétation d’Ay Carmela !

Accompagnés pas près de 300 personnes, les organisateurs des journées Manuel Azaña ont pu faire visiter le collège Manuel Azaña, inauguré le 23 octobre 2009 par le conseil général de Tarn-et-Garonne.

Ces journées se sont clôturées autour d’un convivial et fraternel banquet républicain où le président de l’association Présence Manuel Azaña Jean-Pierre Amalric et de la vice-présidente (...)


Page suivante


| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Claude Campanini, le témoignage d’un déporté de Buchenwald
Issu d’une famille d’immigrés italiens qui se sont installé dans le Sud-Ouest de la France, Claude Campanini entre en résistance après avoir été recruté par son instituteur, Lucien Loubradou. Membre de la 12e compagnie de l’Armée secrète, à Moissac (Tarn-et-Garonne), il est finalement arrêté en 1943 et déporté dans le camp de concentration de Buchenwald. Il livre ici un témoigne unique et saisissant sur ses années au coeur du système concentrationnaire nazi.
Itinéraire d’une famille belge pendant la L’invasion éclair de l’allemagne a lieu le 10 mai 1940. La bataille dure 18 jours, suivent la capitulation, l’Armistice de l’armée française. Dans la nuit du 9 au 10 mai 1940, la radio nationale belge (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia