Arkheia, revue d'histoire

Journées Manuel Azaña, revue de presse 2010

Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Revue de presse

(...) Geneviève Dreyfus-Armand écoutent avec attention les propositions de l’historien et hispaniste Gérard Malgat.

Publié le 07/11/2010 10:02 | Gisèle Dos Santos

Azaña : une cérémonie empreinte d’émotion

Les cinquièmes journées Manuel Azaña ont trouvé leur terme hier, par une commémoration au cimetière urbain de Montauban, qui a réuni dans un même élan, un grand nombre d’élus et de personnalités françaises et espagnoles, en souvenir du chef d’État espagnol disparu. Cette cérémonie revêtait cette année une importance particulière, puisqu’elle marque le 70e anniversaire de sa mort en exil, dans la nuit du 3 au 4 novembre 1940, alors qu’il séjournait à l’hôtel du Midi (aujourd’hui hôtel Mercure). Le cortège mené par les membres de l’association Présence de Manuel Azaña, présidée par Jean-Pierre Amalric s’est rendu sur la tombe d’Azaña ou plusieurs gerbes ont été déposées, par les nombreuses associations présentes et les élus : Jean-Michel Baylet président du conseil général, Sylvia Pinel députée et conseillère régionale, Dominique Salomon conseillère régionale, le consulat régional d’Espagne, l’association des anciens combattants de la République espagnole et Pierre Antoine Levi premier adjoint à la municipalité. Après une minute de silence, la chanteuse Equidad Bares a entonné un chant poignant sur la liberté, à la mémoire de Manuel Azaña et de l’Espagne républicaine, suivi par la lecture par François-Henri Soulié d’un extrait du discours de Manuel Azaña le 13 novembre 1937 à la mairie de Madrid. Après une dernière balade reprise en chœur par l’assistance, la chanteuses Equidad Barès, des sanglots dans la voix a lancé un appel à la vigilance pour la liberté et rappelé qu’il y avait encore beaucoup de travail à faire pour construire la société de demain. Après cet émouvant hommage, les participants sont allés visiter le collège Azaña, avant de se retrouver autour d’un banquet républicain à l’Etap Hôtel, où plus de 220 convives espagnols et français étaient rassemblés dans la convivialité, pour un moment d’échange et de partage. Cette année encore, ces Journées Manuel Azaña ont bien rempli leur mission.

| le 2/11/2010

| le 31/10/2010

Publié le 30/10/2010 11:53 | M.L.

Montauban. Azaña : honorer le 6 novembre

Montauban. Azaña : honorer le 6 novembre Le 3 novembre 1940, après des mois passés en résidence surveillé dans une chambre de l’hôtel du Midi, le président de la République espagnole, succombait d’une attaque cérébrale. Épuisé par un exil qu’il l’avait conduit de Barcelone en Savoie, du Pyla-sur-Mer à Montauban, et surtout par le refus du gouvernement de Vichy de (...)



| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Une grève peu ordinaire : Decazeville 1961- 1962
L’historien Philippe Marcy revient sur une histoire qui a marqué les mémoires, la grève des mineurs de Decazeville en 1961-1962. Le bassin Houiller aveyronnais a 35 000 habitants environ. La mine employait 5 200 salariés en 1945, elle en compte 2 000 en 1962.
La France sous l’Occupation Sommaire Cet ouvrage apporte un éclairage actualisé, enrichi des dernières recherches de l’historiographie contemporaine, sur l’épisode le plus tragique de notre histoire récente, celui de (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia