Arkheia, revue d'histoire

Journées Manuel Azaña, revue de presse 2010

Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Revue de presse

(...) le laisser gagner le Mexique prêt à l’accueillir, le chef d’État de l’Espagne républicaine s’éteint presque abandonné dans la cité d’Ingres. Un cortège de près de 3 000 républicains espagnols exilés l’accompagne, le 5 novembre, jusqu’au cimetière urbain où il demeure inhumé depuis 70 ans cette année. Ainsi, l’association Présence de Manuel Azaña durant ses 5e journées éponymes du 3 au 6 novembre, organisera une importante commémoration. Elle aura lieu le 6 novembre, à 10 heures précises, au cimetière urbain (à côté de l’hôpital). « Cet hommage, comme les années précédentes, devant sa tombe, qui a retrouvé grâce à nos efforts un cadre digne de lui. La présence d’Enrique de Rivas (son neveu), y sera particulièrement significative. Cette année encore, nous rendrons cet hommage dans l’esprit de respect et de recueillement qui permet à tous de s’y retrouver » confirme le président de l’association Jean-Pierre Amalric très attaché comme l’ensemble de ses adhérents à ce que cette commémoration se tienne sans prise de paroles « dans la pluralité des sensibilités et des silences qui siéent le mieux à ce lieu de mémoire. »

Durant ces journées, le chanteur Paco Ibañez se produira le 3/11 et la pièce « Ay Carmela » le 5/11 au théâtre. Réservations au 05 63 21 02 40. Le colloque se tiendra du 4 au 5/11 à la salle des Augustins. Le banquet républicain se tiendra à l’Etap hôtel (16 €), le 6/11 à 12 h30.

— -

Publié le 28/10/2010 11:11 | LaDepeche.fr Du 03/11/2010 au 06/11/2010

Montauban. Azaña : « Ay Carmela » en création mondiale

En création mondiale, Ay Carmela !, le 5/11 au théâtre de Montauban. Pour la 70e commémoration de la disparition du président de la République espagnole, Manuel Azaña (disparu le 3 novembre 1940 à Montauban), les organisateurs de journées Manuel Azaña qui se tiendront du 3 au 6 novembre, ont décidé de frapper un grand coup avec deux soirées exceptionnelles. Si en ouverture, c ’est le chanteur Paco Ibañez, figure de proue artistique de la lutte anti-franquiste qui montera sur la scène montalbanaise, le 3 novembre, à 20 h 30 (25 €), au théâtre municipal (notre édition du 21 octobre), l’association Présence de Manuel Azaña a décidé de poursuivre son soutien à la création, en coproduisant avec le Local, la pièce de José Sanchis Sinisterra, « Ay Carmela ! » mis en scène Alberto Castrillo-Ferrer qui vient de recevoir un Max, l’équivalent de nos Molière en Espagne. « Cette pièce fait partie d’une mémoire que tous les Espagnols ont en commun : celle de la guerre civile qui opposa deux Espagnes, entre 1936 et 1939, confirme François Soulié. L’action se déroule à Belchite, au Nord de l’Espagne, pendant les premiers jours de mars 1938, alors que l’armée franquiste vient de conquérir le village. Deux personnages, Carmela et Paulino, artistes de variétés des plus humbles se trouvent de l’autre côté des lignes (...)



| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Pierre Lefranc avait ses attaches en Corrèze
Pierre Lefranc est mort. L’un des barons du gaullisme s’est éteint le 7 janvier 2012. L’occasion pour Arkheia d’exhumer de ses archives l’entretien qu’il nous avait accordé dans notre numéro 7-8-9 dédié au gaullisme et à l’antigaullisme dans le Sud-Ouest. (n°7-8-9). Notre correspondant en Corrèze Gilbert Beaubatie nous rappelle également que l’ancien résistant gaulliste avait ses attaches dans le Sud-Ouest, plus particiulièrement à Brive.
Trotsky en Corrèze, histoire d’une (...) Alors qu’il était pourchassé par les sbires de Staline en 1934, Léon Trotsky a-t-il trouvé refuge au château de Bity, devenu, en 1969, la propriété de Jacques Chirac ? C’est ce qu’affirment encore (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia