Arkheia, revue d'histoire

Juin 1940 : la « Prison militaire de Paris » sur les routes de l’exode

Par Jacky Tronel
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia n°14-15-16
Auteur : Jacky Tronel est membre du comité de rédaction de la revue Arkheia et chercheur associé au projet « Prison du Cherche-Midi », à la Maison des Sciences de l’Homme, Paris.

(...) ainsi qu’aux récits de ceux qui l’ont vécu. Léon Moussinac, écrivain et critique d’art, est écroué le 24 avril 1940 pour « menées communistes ». Il publie son récit dans Le Radeau de la Méduse. Henri Martin, sous le titre Gurs… Bagne en France – 1939-1944 – Pour que souvenir ne meure… livre un autre témoignage, tout aussi pertinent. L’anarchiste Maurice Jaquier, écroué à la Santé dès le mois de décembre 1939, publie sa biographie : Simple militant. Charles Lesca, administrateur de Je Suis Partout, fait une relation détaillée de sa détention à la Santé et de son transfert à Gurs, dans un livre qui paraît dès 1941 : Quand Israël se venge. Parmi les témoignages non publiés, citons celui du communiste Jacques Georges et celui du syndicaliste Georges Decarli. Tous les deux ont vécu le repli des prisons parisiennes, l’un jusqu’au camp de Gurs, l’autre jusqu’au pont de Briare (Loiret).

Les étapes du repli : les camp des Grouës, de Cepoy et d’Avord

Au matin du 11 juin, les repliés arrivent devant les portes de la prison d’Orléans. Halte inutile car la prison est déjà surpeuplée. L’étrange procession se scinde alors en deux convois. L’un se dirige vers le camp des Groües, proche de la gare des Aubrais, tandis que l’autre poursuit sa route en direction de Montargis et arrive à Cepoy (Loiret). Moussinac décrit son arrivée au camp des Grouës : « On distingue des senti-nelles, des baraques, des barbelés, un déta-chement de soldats, baïonnette au canon, apparaît. (…) Des soldats nous serrent de près, la baïonnette basse ne cherchant qu’un prétexte pour nous piquer les cuisses ou nous donner des coups de crosse dans les reins. Ils ne cessent de nous injurier. – Salauds ! Fumiers… Sales Boches ! (…) Nous sommes pour ainsi dire jetés dans une baraque où nous distinguons à peine deux rangées de couchettes superposées. De la paille est disposée en tas au milieu du passage. Chacun se précipite. Il s’agit de se débrouiller. » La nuit du 11 au 12 juin est marquée par la tentative d’évasion d’un détenu ukrainien, qui se solde par la mort d’un « politique », tué d’une balle perdue. Henri Martin poursuit : « J’ai appris par la suite que la victime s’appelait André Lambert, de Paris. Il était communiste, marié et père de deux enfants. » À partir du 13 juin, le regroupement d’une partie des prisonniers de la Santé et du Cherche-Midi a lieu au camp des Grouës. « Le commandant de cette prison prend la direction de tout notre troupeau, qui reçoit la dénomination de “détachement des prisons de Paris” » précise Charles Lesca. Dès lors, le commandement est assuré par le capitaine Kersaudy. En raison de l’attaque déclenchée par l’aviation allemande sur la gare des Aubrais, le camp est évacué au soir du 15 juin. En colonne par trois, les prisonniers se dirigent, à pied, vers le sud, en direction de Bourges, avec pour objectif (...)



| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Pierre Lefranc avait ses attaches en Corrèze
Pierre Lefranc est mort. L’un des barons du gaullisme s’est éteint le 7 janvier 2012. L’occasion pour Arkheia d’exhumer de ses archives l’entretien qu’il nous avait accordé dans notre numéro 7-8-9 dédié au gaullisme et à l’antigaullisme dans le Sud-Ouest. (n°7-8-9). Notre correspondant en Corrèze Gilbert Beaubatie nous rappelle également que l’ancien résistant gaulliste avait ses attaches dans le Sud-Ouest, plus particiulièrement à Brive.
Les Hommes politiques du Sud-Ouest
Les réfugiés politiques allemands (...) Le sud-ouest de la France aura hébergé, entre 1940 et 1945, légalement ou clandestinement, un grand nombre d’émigrés allemands et ce pour trois raisons. Sans doute d’abord parce que la région de (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia