Arkheia, revue d'histoire

Juin 1944 : les pendus de Tulle

Par Gilbert Beaubatie
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia n°17-18
Auteur : Gilbert Beaubatie est président de la Société savante de Corrèze et correspondant de la revue Arkheia.

(...) de la division Das Reich. Deux buts sont assignés à ces troupes motorisées. Il s’agit d’abord de prendre toute une série de mesures contre les « bandes » situées dans « l’espace Cahors - Aurillac - Tulle », qui représentent « un danger » pouvant avoir « en cas d’invasion … des conséquences sur les opérations ». Le général Lammerding reçoit, le 7 juin, l’ordre de rassembler ses forces et de les diriger dans le secteur Tulle - Limoges où l’on signale la « constitution particulièrement importante de bandes ( … ), exclusivement à tendance communiste », est - il précisé. Les mesures qui seront prises (couvre - feu, remise des armes, incendie de maisons et pendaisons ) doivent avoir pour objectif de « monter les civils » contre les résistants, de « marquer » ces derniers comme « bandits de grand chemin ».Il s’agit d’anéantir les forces de la Résistance, d’user de mesures d’intimidation, contre les habitants. « Par des exemples, frapper l’esprit de la population. Il faut lui faire passer l’envie d’aider les maquis et de plier à leurs exigences ». Le général Lammerding, informé de l’attaque de Tulle, décide de porter secours à la garnison. Il lui incombe d’évacuer les blessés, de délivrer les soldats allemands pris par les maquis et de se livrer à des représailles. Le but sera de « frapper avec la plus grande puissance et la plus extrême rigueur, sans aucune faiblesse ». Les maquisards devront être traités comme des francstireurs et la riposte sera immédiate. Si des innocents sont frappés, « la faute en incombera aux terroristes ». C’est donc dans ce double contexte (recrudescence des actions de la Résistance dans la région Tulle - Limoges, considérée par l’ennemi comme une « petite Russie » et assaut meurtrier de la ville de Tulle) que s’inscrit l’arrivée des éléments de la division Das Reich.

Tulle ensanglantée

Dans la soirée du 8 juin, aux environs de 20 h 30, une colonne de secours disposant d’une puissance de feu considérable entre dans la ville de Tulle. Les maquisards FTP, surpris par cette irruption inopinée, quittent précipitamment la ville qu’ils étaient sur le point d’avoir entièrement « libérée ». Les SS ont fait une arrivée tonitruante, ouvrant le feu de toutes leurs armes, tirant en l’air et dans les maisons. Les Tullistes de contempler alors, saisis « d’angoisse autant que de stupéfaction » leurs fusées éclairantes qui composent un spectacle fantasmagorique. Trois chars s’arrêtent devant la préfecture et « crachent de tous leurs tubes dressés ». Nuit de frayeurs, de rapines et de patrouilles ; nuit de violences et de douleurs, au cours de laquelle dix civils vont périr. Le lendemain, 9 juin, d’épouvantables représailles vont s’abattre sur la population tulliste. Seuls les temps forts d’une chronologie heurtée, encombrée de drames et souillée de sang, seront ici (...)


Réagir à cet article 6 Messages de forum
  • Juin 1944 : les pendus de Tulle
    13 janvier 2010 22:24, par van renterghem
    Il y a des reponses simples : le maquis correzien (majoritairement FTP) et la topographie ,comme le Vercors ,offraient des conditions ideales à la "resistance" ;je suis née en 46 , mais je connais certains détails ..
    Répondre à ce message
  • Juin 1944 : les pendus de Tulle
    13 janvier 2010 22:31, par van renterghem
    Il y a des reponses simples : le maquis correzien (majoritairement FTP) et la topographie ,comme le Vercors ,offraient des conditions ideales à la "resistance" ;je suis née en 46 , mais je connais certains détails ..mes parents etaient ,pour une partie dansle maquis ,les autres tres actifs , avec le Dr Lacoste et "Maman" Toulette ,sage-femme ,et beaucoup d’autres choses ...J’ai hesite , car j’ai peur d’internet ..
    Répondre à ce message
  • Juin 1944 : les pendus de Tulle
    13 janvier 2010 23:14, par van renterghem
    Mon nom de jeune fille est Geneste , mon père , cheminot et librte-penseur , sans jamais aucune étiquette, prisonnier ,à Domremies evade , dans des conditions surhumaines (anar comme il l’etait , pas de decoration) ,il a rallié en 40 la zone libre ,et repris son travail modeste à la gare de Tulle Pendant ce temps , le jeune frere de ma mere ,Marcel Deveix ,avait ete recruté , pour sa haute taille sans doute (1m87 c’est beaucoup cheznous) ,mais surtout pour son humour , sa jeunesse ,et son cote "trompe-la-mort" ; quand on a 17 ans ..Sous le pseudo de Pepin (le Bref) , mon oncle a plastique la foret de Chadon et l’usine à gaz de Tulle .Mais tout le monde s’en fout : on prefere parler de Hollande ou de Montalat (un violeur=)mais socialiste ??
    Répondre à ce message
  • Juin 1944 : les pendus de Tulle
    24 janvier 2014 09:12, par A.JP
    Bonjour, Mon père a écrit ses mémoires pendant la guerre puisqu’il s’occupait des réfugiés sur la Corrèze, et il parle de cette (fameuse) division. C’est lui qui était sous-lieutenant et avec son groupe chargé de déterrer les pendus .il raconte la traversé de Tulle à Uzerche et voir Oradour de la division qui d’ailleurs d’après lui est resté deux jour à Uzerche avant de monter sur Oradour. Pour plus de détails je peux vous faire parvenir une copie de son livre.
    Répondre à ce message
  • Juin 1944 : les pendus de Tulle
    8 mars 2014 17:22, par Montagnon Vve Maigret
    Avons nous des témoignages des enfants de troupes au moment de ces événements du 9/6/1944 ? Mon frère enfant de troupe de l’école des Andelys et déplacé à Tulle. Il avait 13 ans et m’a raconté la frayeur de ces jeunes garçons dont certains avaient été pris par les Allemands et d’autres étaient reparti avec les maquisards.. Il s’est sauvé et caché dans la région pour rentrer dans sa famille dans l’Oise.
    Répondre à ce message

| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
En vente sur ce site
1940, la Belgique du repli. L’histoire d’un petite Belgique dans le Sud-Ouest de la France (100 photos et 50 témoignages inédits).
Vichy État occitan ?
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia