Arkheia, revue d'histoire

L’État-major de l’Armée secrète et des FFI de Tarn-et-Garonne

Par Jacques Latu
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia n°2-3
Auteur : Jacques Latu est conservateur honoraire du musée de la Résistance et de la déportation de Montauban.

Page suivante

Au début de 1942, Moulin et Huet, tous deux du Laboratoire Central d’Armement replié à Caussade et à Montauban, et Duplan forment virtuellement le premier état major départemental de l’Armée secrète (AS) de Tarn-et-Garonne.

A cette époque une rencontre chez Delsol, directeur des contributions indirectes, 14, rue des Réservoirs à Montauban, entre Duplan, le colonel Langeron et le capitaine de gendarmerie de Cahors Delmas, Divonat, prévoit l’organisation de l’AS. A partir du 1er juillet 1942, l’état-major (EM) prend une existence officielle. Comme il connaît bien le département, Duplan se réserve plus particulièrement la propagande et le recrutement, d’abord parmi ses amis politiques. Moulin assure plus spécialement l’organisation et la direction pendant toute l’année 1943. Il cherche à recruter chez les militaires dans des unités rapatriées dans le département ; partant de l’idée qu’il faudra mener de véritables opérations militaires contre l’occupant allemand, il estime que seul un gradé de carrière, par sa compétence, pourra s’acquitter de cette tâche. Le colonel Langeron prend contact avec les officiers du 3ème Hussard cantonné à la caserne du Cours Foucault à Montauban depuis l’armistice. Il veut profiter de la dissolution de ce régiment fin 1942 pour garder dans les rangs de l’A.S. des officiers et des sous-officiers. Certains sont réticents, ne voulant pas servir sous les ordres de civils ; d’autres prendront des responsabilités à la tête des compagnies ou des sections des maquis. Il faut ajouter aussi que les volontaires de l’AS marquent une défiance vis à vis de quelques officiers d’active après la défaite de 1940. Des contacts indispensables sont pris avec les organismes civils et les membres de la résistance civile et en particulier avec plusieurs responsables montalbanais. Le recrutement de jeunes volontaires est envisagé.

Le colonel Laurent Langeron, premier chef pressenti

Pendant l’année 1942, le colonel Langeron rencontre les responsables de l’A.S. du Tarn-et-Garonne soit au Ramier à la ferme Noalhac chez Adrien Marmiesse route de Nègrepelisse à Montauban, soit aux Ombrails à la ferme des frères Ricard à Nègrepelisse. Par deux fois Duplan le conduit à Toulouse pour rencontrer des responsables régionaux de l’A.S. Mais il décline l’offre d’organiser lui-même l’A.S. pour des raisons personnelles. La santé de son fils l’oblige à quitter Montauban et par là même la direction de l’A.S. Ramené à Montauban le 31 décembre 1942, ce fils décède le 6 avril 1943. Mais il veut par son aide morale et ses conseils se mettre à l’entière disposition de Huet et de Moulin et quand il abandonne le commandement il est convenu qu’il le reprendrait à l’heure de l’action et qu’il serait le chef militaire des opérations. "Son adhésion est pour nous une caution appréciable. Je lui fais rencontrer des (...)


Page suivante

Réagir à cet article 1 Message
  • Ce "Delsol",directeur des contributions indirectes,14 rue des Reservoirs à Montauban,était-t-il mon grand-père paternel,Maurice Pannetier,habitant 4 rue A Quercy pour la maison principale et rue des réservoirs pour ce qui concernait la "baraquette"("préfabriqué" de l’époque récupéré après les inondations de 1930),limogé en juin 40,du fait de son appartenance au Grand Orient de France,et,finalement nommé "Président du Comité de Libération" ? Merci de votre aide. Dominique Pannetier
    Répondre à ce message

| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Toutes les questions et les réponses sur l’Occupation
99 questions... La France sous l’Occupation de Max Lagarrigue. L’indipensable ouvrage pour tout comprendre sur le sujet. Pour le commander cliquez ici
Gaullisme et antigaullisme
Montauban, ultime terre de Manuel (...) C’est recouvert du drapeau mexicain, et non sous les couleurs de l’Espagne républicaine, que le cercueil de Manuel Azaña, son dernier président, fut mis en terre le 5 novembre 1940 : le maréchal (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia