Arkheia, revue d'histoire

L’antigaullisme en Midi-Pyrénées, 1947-1969

Par Philippe Foro
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia n°7-8-9
Auteur : Philippe Foro est maitre de conférences à l’université de Toulouse Le-Mirail.

Page suivante

Y-a-t-il eu incompatibilité politique entre le gaullisme et la région Midi-Pyrénées ? A en croire les auteurs de l’ouvrage collectif Politique en Midi –Pyrénées, “ Le Midi toulousain fut ainsi atteint d’un véritable syndrome d’allergie au gaullisme ”-. Au demeurant, le premier contact du général de Gaulle, en 1944, avec la région n’était pas allé de soi -. Il suffit pour s’en convaincre de lire les Mémoires de guerre. “ Le 16 septembre, j’étais à Toulouse, ville passablement agitée. Dans le Sud-Ouest, de tous temps, les divisions étaient vives. […] Je trouvai la commissaire de la République en proie aux empiétements de certains chefs des forces de l’intérieur. […]A présent, Bertaux s’efforçait de tenir les leviers de commandes. Mais le colonel Asher, alias Ravanel, des chefs des maquis de la Haute-Garonne, avait pris le commandement de la Région militaire et exerçait une autorité aussi vaste que mal définie. Autour de Ravanel, des chefs de fractions armées constituaient comme un soviet ”.

Ainsi, l’image de ce midi toulousain “ rouge ” et agité ne faisait pas de doute dans l’esprit du Général.C’est donc le phénomène antigaulliste dans la région Midi-Pyrénées que la présente contribution désire analyser. Le cadre chronologique couvre les années 1947-1969, c’est-à-dire de la création du Rassemblement du peuple français à Strasbourg (7 avril 1947 ) à la démission du général de Gaulle à la suite de l’échec du référendum portant sur la régionalisation et la réforme du Sénat (28 avril 1969). Ainsi n’aborderons-nous pas le “ gaullisme après de Gaulle ” pour reprendre le titre d’un ouvrage d’Andrew Knapp . Notre propos s’organisera autour de trois thèmes. D’abord, la réalité électorale de cet antigaullisme. Ensuite, la réalité politique de celui-ci à travers les écrits et les attitudes des élites politiques et journalistiques de la région. Enfin, nous tenterons d’avancer quelques hypothèses pour expliquer la prégnance de l’antigaullisme en Midi-Pyrénées. La réalité des urnes. Pour analyser cet antigaullisme électoral, il convient de distinguer les types de scrutin c’est-à-dire les scrutins où de Gaulle s’engage largement tels les référendums et l’élection présidentielle de décembre 1965 d’une part, les scrutins législatifs au cours desquels le parti gaulliste, sous ses divers sigles, est l’outil principal de la bataille électorale, d’autre part . Débutons par l’analyse des votes en Midi-Pyrénées à propos des référendums entrepris par le général de Gaulle à partir de son retour au pouvoir en 1958. Concernant le référendum du 28 septembre 1958 demandant approbation de la nouvelle constitution, l’électorat midi-pyrénéen approuve largement le texte . 70,9 % de oui en Ariège, 84,4 % en Aveyron, 75,4 ù en Haute-Garonne, 78 % dans le Gers, 76,2% dans le Lot, 80,2 % dans les (...)


Page suivante


| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
En vente sur ce site
1940, la Belgique du repli. L’histoire d’un petite Belgique dans le Sud-Ouest de la France (100 photos et 50 témoignages inédits).
1940, le Sud-Ouest dans la tourmente
Cahors : les 15 fusillés du 20 août (...) Le 17 août 1944, les derniers Allemands quittent Cahors. Aussitôt, les FFI y entrent, prennent les commandes de la ville et du département, proclamant l’état de siège. Le 18 août, la liesse populaire (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia