Arkheia, revue d'histoire

L’épuration en Dordogne selon Doublemètre de J.-J. Gillot et J. Lagrange

Par Guy Penaud
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia n°7-8-9
Auteur : Guy Penaud est ancien commissaire de police, il est l’auteur de nombreux ouvrages d’histoire sur le Périgord dont L’Histoire secrète de la Résistance dans le Sud-Ouest, (Editions Sud-Ouest, 2006.)

(...) imprévisible. La lecture attentive de l’ouvrage nous réserve de ces points de vue quelques surprises, pour ne pas dire plus. En effet, on aurait pu penser que les auteurs, à défaut de décrire par le détail, tout ce qui a marqué la période de la Libération et de l’épuration, auraient au moins retrouver le vrai " Doublemètre ". On apprend sous leur plume qu’il viendrait de Yougoslavie (ce que les historiens savaient déjà), qu’il aurait été champion d’épée (ce qui ne nous apporte rien sur sa personnalité), qu’il s’appellerait André Urbanovitch (alors qu’en fait son véritable nom est Urban ainsi que l’attestent les actes d’état-civil dont les auteurs ont eu connaissance et dont ils n’ont pas tenu compte), qu’il aurait participé à de nombreuses actions clandestines comme résistant dès novembre 1942 (alors qu’il n’apparaît pour la première fois dans les comptes-rendus officiels des groupes FTP qu’en juin 1944) et qu’il “ aurait dépassé la mesure par l’histoire de l’épuration qu’il écrivit en Dordogne ” (lui et les hommes de son service qui n’avait aucune base légale ont en effet commis de nombreux excès vite sanctionnés par les responsables de l’époque). Par contre, les auteurs ne nous apprennent rien sur les réelles motivations de Doublemètre : était-il un agent des services secrets soviétiques ou a-t-il agi par simple conviction personnelle ?

D’une manière inexplicable, si ce n’est leur inexpérience, les deux auteurs ont reproduit, sans vérifier leur exactitude, des faits qui leur ont été rapportés par des témoins peu fiables ou dont ils ont eu connaissance par la lecture de documents dont il aurait été facile de savoir, après quelques recoupements, s’ils reflétaient réellement la vérité. On pourrait, pour étayer ces affirmations, multiplier les exemples, mais leur énumération serait fastidieuse. Notons toutefois, par exemple (dans le premier paragraphe) que “ Louis Einstein, 73 ans, assassiné par les Nazis à Château-l’Evêque, le 29 mars ” n’est absolument pas, contrairement à ce qu’avancent avec légèreté les auteurs, le frère du grand savant Albert Einstein (il n’y a aucune lien de parenté entre eux !) ; que la fameuse évasion de Mauzac au cours de laquelle les agents anglais du SOE se sont volatilisés n’a pas eu lieu en mars 1943 (comme le disent les auteurs page 30), mais au cours de la nuit du 16 au 17 juillet 1942 ; que le parachutage de Lagudal en octobre 1941 n’est pas “ le premier inscrit dans les annales ”, des actions de ce type ayant eu lieu en Périgord dès 1940 ; etc…

Une telle somme d’inexactitudes, d’approximations, de fausses appréciations ou de manque d’analyse enlèvent (malgré la quantité des archives recueillies) beaucoup de valeur à l’ouvrage, d’autant que le style utilisé par les auteurs n’a ni la légèreté d’une œuvre littéraire ni la rigueur d’un travail (...)



| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Les suppléments d’Arkheia
Manuel Azana et la question laïque sous la direction de Jean-Pierre Amalric Avec la participation de Patrick Cabanel, Antonio Ferrer Benimelli, Hilari Raguer, Joseph Pérez, Gérard Malgat et Elvire Diaz...Commander le dès aujourd’hui
1930 : l’inondation du siècle TARN & GARONNE - Dans la nuit du 3 au 4 mars 1930, le Tarn-et-Garonne est englouti par les eaux du Tarn, de l’Aveyron et de la Garonne LaDepeche.fr | 05 Mars 2003 | 00h00 En l’espace de deux (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia