Arkheia, revue d'histoire

L’exode, un drame oublié de Éric Alary

Par Jacky Tronel
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Critiques de livres

Page suivante

“L’exode est un tabou historique qui a été brisé une première fois par Jean Vidalenc dans les années 1950, dont l’ouvrage, très descriptif et minutieux, s’appuyait sur des sources encore indigentes, la plupart étant encore interdites à la consultation. Pierre Miquel, plus récemment, a livré une vision encore assez partielle de l’exode. Enfin, depuis les années 1990, quelques travaux universitaires participent à un renouveau timide…” peut-on lire sous la plume d’Éric Alary, en conclusion de sa remarquable étude publiée en mars 2010 aux Éditions Perrin : “L’exode, un drame oublié”.

Présentation des éditeurs :

« L’exode de mai-juin 1940 est la traduction civile de la défaite militaire, la face la plus visible de la débâcle. Car si les combats, les intrigues politiques et, plus tard, les appels de Pétain et de De Gaulle ne touchent qu’une minorité, le sort des huit millions de Français fuyant l’avancée allemande prend à partie la France entière. Pourtant, cette catastrophe humaine, politique, économique et sociale d’une ampleur sans précédent est demeurée dans l’ombre. Premier ouvrage exhaustif sur le sujet, L’Exode comble un vide de taille sur l’événement emblématique de la débâcle. Durant plusieurs années, l’auteur a consulté des centaines de sources inédites, faisant la part belle aux milliers de témoins – célèbres ou anonymes – de ce gigantesque traumatisme collectif. En dépassant le cadre des quelques mois qui courent de la mobilisation générale en septembre 1939 jusqu’à l’armistice de juin 1940, il dévoile aussi l’histoire de ceux qui ne sont rentrés que bien plus tard… et de ceux qui ne sont jamais revenus. Découvrir l’exode permet de mieux comprendre non seulement la France d’aujourd’hui, tant cet événement a marqué la mémoire collective, mais aussi le monde à l’aune des grands drames humanitaires, dont il a été le premier chapitre et l’un des plus dramatiques. »

Conclusion de l’auteur (extraits)

« L’exode de mai-juin 1940 fait partie des plaies mal cicatrisées de notre mémoire nationale. Il est de ces événements méconnus, mais aussi encombrants. Du coup, ce passé a été en grande partie occulté par l’histoire, alors que des millions d’acteurs l’ont vécu ou y ont assisté. […] Depuis juin 1940, l’exode a sans conteste fait partie de ces hontes nationales qu’il a fallu recouvrir d’un voile, car ce cataclysme national a humilié des millions de Français. La mémoire est sélective. A quoi bon ressasser les mauvais souvenirs ? […] Cet événement cauchemardesque a représenté une véritable épreuve pour la cohésion nationale, tant et si bien qu’il a fallu convoquer le terme biblique d’exode pour le désigner. […] Il était donc nécessaire de pénétrer au cœur de ce drame, au regard d’une multitude d’expériences humaines qu’il fallait (...)


Page suivante


| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Hitler à Paris, juin 1940
Un ouvrage majeur à découvrir : Hitler à Paris, juin 1940 (Tiresisas éditions) de notre collaborateur, l’historien Cédric Gruat.
Les Caprices du Temps
Appel à contribution : Enfance (...) Ce dossier prend comme postulat qu’une partie de la paysannerie du Grand Sud-Ouest faisant fi de la propagande antisémite du régime de Vichy, a accueilli et ensuite caché des milliers d’enfants sans (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia