Arkheia, revue d'histoire

L’exode, un drame oublié de Éric Alary

Par Jacky Tronel
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Critiques de livres
Page précédente


(...) regrouper, comprendre et analyser, et à la lumière d’archives neuves et croisées. »

Précisions concernant le repli des prisons de Paris

Dans son chapitre « Le calvaire des vulnérables », Éric Alary évoque l’exode pénitentiaire et, dans ses notes de fin d’ouvrage, fait référence à mes travaux sur le repli de la prison militaire de Paris qu’il qualifie de « bonne mise au point » ; je l’en remercie. La première source citée datant de 2004-2005 (« La prison militaire de Paris sur les routes de l’exode », Arkheia n° 14-15-16), trois erreurs s’y étaient glissées, corrigées depuis grâce au dépouillement d’un nouveau fonds d’archives récemment ouvert au public (sous-série 13 J – SHD-DAT).

Rectificatifs :

- 1. Les prisons de Paris de la Santé et du Cherche-Midi ont été évacuées le même jour : le 10 juin 1940 (p. 269) ;

- 2. Il est maintenant clairement établi que sur les dix condamnés à mort « retenus à Bordeaux », quatre ont été fusillés, à Pessac : Rambaud Roger, Rambaud Marcel, Lebeau Léon, Amourelle Jean (p. 273) ;

- 3. Thierry de Ludre n’a jamais été membre de l’équipe du journal Je suis partout (p. 273), même si la Presse les a confondus dans la même affaire et s’ils ont fait l’objet d’une instruction commune devant le tribunal militaire de la 12e région militaire (qui devait d’ailleurs conclure à un non-lieu collectif, prononcé à Périgueux, le 6 août 1940).

A lire aussi sur le blog de Jacky Tronel 

Page précédente



| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Claude Campanini, le témoignage d’un déporté de Buchenwald
Issu d’une famille d’immigrés italiens qui se sont installé dans le Sud-Ouest de la France, Claude Campanini entre en résistance après avoir été recruté par son instituteur, Lucien Loubradou. Membre de la 12e compagnie de l’Armée secrète, à Moissac (Tarn-et-Garonne), il est finalement arrêté en 1943 et déporté dans le camp de concentration de Buchenwald. Il livre ici un témoigne unique et saisissant sur ses années au coeur du système concentrationnaire nazi.
Les camps d'internement français
Mémoires de résistance (1940-1944), (...) Mobilisation Ce jour là, avec l’abbé Henri Escudié, Blanche, Madeleine et Françoise Teilhac, nous nous rendions à Capdenac-Gare, dans l’Aveyron, chez les époux Escudié. C’est à Saint-Cirq-Lapopie que (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia