Arkheia, revue d'histoire

La France du repli à la loupe

Par Jean-Philippe Cros
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Revue de presse

Page suivante

MONTAUBAN (82) : Colloque à l’ancien collège J.-Ph. C. | 10 Mai 2000 | 00h00

A partir d’aujourd’hui et jusqu’à dimanche, Montauban accueille un colloque international. Objet du débat : Mai-juin 40 et la France du repli vers le Midi.

Juin 40 : l’effondrement d’un pays, avec celui de son armée. Visage de la France prise dans la débâcle, où des soldats débandés, après un mois de combats sans issue, se retirent vers le sud ou sont capturés par les armées allemandes. Devant eux, au milieu d’eux, des millions de réfugiés. C’est la France du repli. C’est aussi le thème du colloque international qui se déroule à partir d’aujourd’hui et jusqu’à dimanche, à l’Ancien Collège, à l’initiative de l’association Arkheia.

En effet, le 10 mai 1940, Hitler met fin à la drôle de guerre et jette ses armées sur la Hollande, la Belgique, le Luxembourg. Puis la France dans la foulée. Au gré des plans d’évacuation et d’un exode désordonné, des centaines de milliers de civils fuient sur les routes.

Par millions vers le Midi

Terre de repli, le midi de la France accueille en quelques semaines des populations civiles belges et françaises, exilés anti-nazis et juifs d’Europe centrale réfugiés, Alsaciens et Lorrains qui ne veulent pas redevenir allemands. Mais aussi des administrations, des militaires, des religieux, des entreprises, des collections artistiques, des groupes, des individus. Pour beaucoup, le retour vers les régions d’origine s’effectuera rapidement, une fois l’armistice signé. Pour d’autres, l’installation dans cette France du repli sera plus durable.

Comment ces populations sont-elles alors accueillies ? Bénéficient-elles d’aide ou d’assistance ? Comment les administrations, les institutions, les organisations politiques et les entreprises repliées s’organisent-elles ? Quelle mémoire de ces événements est aujourd’hui conservée ? C’est tout l’objet de ces jours de colloque, un débat fructueux à verser à cette page d’histoire sombre, souvent enfouie dans les mémoires.

 (...)


Page suivante


| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Pierre Lefranc avait ses attaches en Corrèze
Pierre Lefranc est mort. L’un des barons du gaullisme s’est éteint le 7 janvier 2012. L’occasion pour Arkheia d’exhumer de ses archives l’entretien qu’il nous avait accordé dans notre numéro 7-8-9 dédié au gaullisme et à l’antigaullisme dans le Sud-Ouest. (n°7-8-9). Notre correspondant en Corrèze Gilbert Beaubatie nous rappelle également que l’ancien résistant gaulliste avait ses attaches dans le Sud-Ouest, plus particiulièrement à Brive.
Les Hommes politiques du Sud-Ouest
Le sort des enfants juifs du Lot Margot, Denise, Jean-Claude, Charles et Pierre n’avaient pas dix ans lorsque la mort se mit à leurs trousses. Réfugiés dans le Lot où, parmi tant d’autres, leurs familles trouvèrent une planche après (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia