Arkheia, revue d'histoire

L’obscur assassinat de Maurice Sarraut

Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Revue de presse

TARN & GARONNE- HISTOIRE. LA REVUE RÉGIONALE « ARKHEIA » REVIENT SUR L’UN DES CRIMES POLITIQUES MAJEURS DE L’OCCUPATION.

LaDepeche.fr | 10 Mai 2004 | 00h00 Le 2 décembre 1943, le directeur de « La Dépêche », Maurice Sarraut, est assassiné devant chez lui. Quelques minutes auparavant, quatre hommes - Albert Barthe, Yves Téoulet, Marcel Saint-Jean et Maurice Dousset - attendent la voiture de Maurice Sarraut qui a quitté son bureau de la rue Bayard. Les trois premiers occupants du véhicule sont des miliciens de la région, le dernier un membre de la Légion des volontaires français venu de Paris. à quelques mètres de la villa des Tilleuls, dans le quartier Saint-Simon, le quatuor a mis en place son guet-apens. Alors que la voiture de Sarraut s’est immobilisée pour attendre l’ouverture du portail de la propriété, un des quatre hommes vide le chargeur de sa mitraillette sur le patron de « La Dépêche ». Ce dernier n’a pas le temps de se coucher sur la banquette du véhicule, seul son chauffeur René Portola s’en sort blessé. Maurice Sarraut succombe quelques minutes plus tard, dans les bras de son frère Albert, l’ancien ministre de l’Intérieur de la troisième République. Les raisons de ce crime politique, longtemps demeurées énigmatiques, sont aujourd’hui dénouées par l’enquête minutieuse que publie l’historien Félix Torrès dans la revue d’histoire régionale « Arkheia ».

UN FERVENT RéPUBLICAIN

Alors que, pendant deux jours, au siège de « La Dépêche », les 4 et le 5 décembre 1943, plus de 30 000 Toulousains défilent devant la dépouille de Maurice Sarraut, de nombreuses rumeurs courent déjà pour savoir qui a commandité cet assassinat ? La piste milicienne est privilégiée. Des tracts clandestins de la Résistance locale fleurissent sur les murs de la Ville rose exhortant les Toulousains : « Maurice Sarraut a été assassiné par la milice boche. Toulousains, vengeons-le ». Ou encore celui-ci, signé des FTP : « Le patriote Maurice Sarraut sera vengé parce qu’il avait rejoint les rangs de la Résistance (et) parce que sa personnalité bien connue des Toulousains patriotes attirait depuis longtemps la haine des laquais de Laval. » Il en sera de même à Carcassonne où Maurice Sarraut est inhumé. Au-delà de l’émotion suscitée par cet assassinat, Félix Torrès révèle les véritables motifs de ce crime politique que dévoile sa passionnante enquête historique.

« Arkheia » est disponible en kiosque ; chez Deloche ; chez Lecreux, à Castelsarrasin ; sur commande en adressant un chèque de 16 euros, frais de port inclus, à « Arkheia », 33, grand-rue Villenouvelle à Montauban, tél. 05 63 66 03 11.



| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
D’un totalitarisme à l’autre... Les liaisons dangereuses de la Ligue des droits de l’homme
A lire : La Ligue des droits de l’homme adopta très tôt une attitude complaisante à l’égard du régime bolchevik. Retour sur l’histoire méconnue d’une certaine gauche qui, selon le mot de George Orwell, fut « antifasciste mais pas antitotalitaire ».
Les Tondues de 1944
Félix Stotz : itinéraire oublié et (...) Qui se souvient dans notre département des tortures infligées à de « courageux patriotes » dans les caves froides du 3 Faubourg du Moustier à Montauban, des représailles mortelles contre le maquis de (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia