Arkheia, revue d'histoire

Un appel aux souvenirs franco-belges

Par Jérôme Poupon
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Revue de presse

Page suivante

TARN & GARONNE : Initiative conjointe de la ville de Charleroi et du département de Tarn-et-Garonne pour recueillir des témoignages sur l’exode belge en 1940

LaDepeche.fr | 20 Mars 2002 | 00h00

Mai 1940 : le Tarn-et Garonne prend l’accent belge. Devant la poussée allemande, le Consulat de Belgique avec tout son personnel administratif s’installe faubourg du Moustier à Montauban. Les Postes belges s’arrêtent à Moissac. La commune de Charleroi déménage entièrement sur les rives du Tarn : l’échevin, le commissaire de police, les services municipaux, les sapeurs-pompiers, les pompes funèbres et même les bennes à ordure se retrouvent à Montauban... Comme les Alsaciens et les Lorrains, des centaines, des milliers de ressortissants d’outre- Quiévrain trouvent le Tarn-et- Garonne sur le chemin de l’exode.

Un épisode quelque peu oublié. « La Belgique a complètement occulté ce passé », remarque Max Laguarrigue, président de l’association Arkhéïa. « Des personnalités de l’intelligentsia habitaient déjà dans le département : comme Ernest Dufer, futur consul belge, qui résidait à Puylaroque. Ces gens ont servi de relais pour une partie des Belges aisés. D’autres sont partis tout droit vers le sud et sont arrivés ici par hasard : le département est un carrefour. Ils ont été dispersés dans tous les villages ».

Labastide-Saint-Pierre, Albias, Lafrançaise, Montjoie, Finhan, Malause, Castelsarrasin... Toutes ces communes ont accueilli des familles belges.

Arkheia avait d’ailleurs organisé un colloque international en mai 2000 sur le thème de « La France du repli ». Un moyen d’exhumer déjà les souvenirs. Surtout qu’ils sont sous-jacents. Et qu’aucun travail n’a réellement été entrepris pour les défricher.

Le Comité départemental du Tourisme de Tarn-et-Garonne qui participe depuis plusieurs années à des salons en Belgique (Charleroi, Liège Bruxelles) peut en témoigner : « Tous les ans, nous voyons défiler sur notre stand des gens qui nous racontent leurs souvenirs de 1940 en Tarn-et-Garonne », explique Bernard Lucas, directeur du CDT.

Intrigués par ces anecdotes à répétition, les responsables du CDT ont pris l’initiative l’an dernier, au salon de Charleroi, de distribuer un petit questionnaire aux visiteurs belges concernés par les souvenirs de 1940. « Nous avons des liens privilégiés avec la mairie de Charleroi : le bourgmestre a décidé de faire de même à travers son bulletin municipal ». Une quarantaine de témoignages ont été ainsi recueillis en quelques semaines.

VOTRE TEMOIGNAGNE INTERESSE LES HISTORIENS Et le travail de mémoire se poursuit : grâce à la ville de Charleroi qui a dégagé des moyens financiers, une vingtaine de témoignages sont en train d’être enregistrés en vidéo, sous le contrôle des historiens de l’Université libre de (...)


Page suivante


| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Claude Campanini, le témoignage d’un déporté de Buchenwald
Issu d’une famille d’immigrés italiens qui se sont installé dans le Sud-Ouest de la France, Claude Campanini entre en résistance après avoir été recruté par son instituteur, Lucien Loubradou. Membre de la 12e compagnie de l’Armée secrète, à Moissac (Tarn-et-Garonne), il est finalement arrêté en 1943 et déporté dans le camp de concentration de Buchenwald. Il livre ici un témoigne unique et saisissant sur ses années au coeur du système concentrationnaire nazi.
Itinéraire d’une famille belge pendant la L’invasion éclair de l’allemagne a lieu le 10 mai 1940. La bataille dure 18 jours, suivent la capitulation, l’Armistice de l’armée française. Dans la nuit du 9 au 10 mai 1940, la radio nationale belge (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia