Arkheia, revue d'histoire

La Fédération des oeuvres laïques en Aveyron. Un combat pour la laïcité, 1899-2000

Par Béatrice Sérignac
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia n°11-12-13
Béatrice Sérignac : est titulaire d’un DEA d’histoire contemporaine à l’UTM. Ouvrage sur le théme de l’éducation populaire en Aveyron en préparation avec les Editions du Rouergue

Page suivante

Avec un taux de pascalisants de plus de 90 % de la population dans la majorité des paroisses, l’Aveyron est surnommé au début du XXe siècle "la Bretagne du Midi". Malgré tout, les idées laïques s’implantent très tôt dans le département. Histoire de la Fédération des Œuvres Laïques de l’Aveyron.

La Ligue de l’Enseignement est une association d’éducation populaire fondée en 1866 par Jean Macé. Ce mouvement imprégné des idées des lumières, incarne un idéal républicain et prône des valeurs laïques et démocratiques considérées pour l’époque comme progressistes. Les conservateurs, menés par l’Eglise Catholique vont attaquer la Ligue naissante considérant qu’elle développe des idées subversives pour la société. L’exemple de l’Aveyron, département rural, catholique et conservateur caractérise à bien des égards la résistance que l’Eglise catholique va manifester lors de l’avènement des lois laïques et de l’école publique en particulier au sein de notre société. Pourtant les idées laïques touchent le département et la Ligue de l’Enseignement réussit à y introduire une de ces structures qui perdure encore de nos jours. Comment une association qui défend des valeurs laïques a pu naître et développer une certaine activité dans un département, encore aujourd’hui marqué par une forte dose de conservatisme et un sentiment religieux dominant ?

Naissance, développement et structuration d’une association d’éducation populaire

C’est à partir de 1878, que les idées nouvelles véhiculées par Jean Macé et la Ligue de l’Enseignement triomphent en politique. Avec l’arrivée des républicains au pouvoir, un régime de tolérance envers le phénomène associatif s’instaure en France. La Ligue trouve un écho favorable dans la plupart des départements français, même chez les plus conservateurs. C’est le cas en Aveyron où une minorité ruthénoise, l’élite bourgeoise, consciente de la nécessité instruire le peuple, est désormais beaucoup plus réceptive aux idées républicaines. Cette tendance se confirme aux élections de 1874, les radicaux prennent la mairie de Rodez. C’est le républicain modéré Boubal qui occupe le fauteuil de maire avant de laisser sa place en 1886 au radical Lacombe. Ce vote républicain est révélateur à la fois de l’essor économique, de l’évolution sociale et des progrès de l’instruction que connaît le département à partir de 1870. Mais cet acquit électoral reste précaire, la campagne environnante vote majoritairement à droite.

Les républicains conscients de la fragilité de ce succès, s’organisent sur le plan départemental avec la création de cercles et de comités locaux. L’Exemple le plus probant est celui de la création du Cercle aveyronnais de la Ligue de l’Enseignement le 12 janvier 1899. A sa fondation, la section aveyronnaise de la Ligue compte déjà 105 adhérents. Le cercle naissant a (...)


Page suivante


| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Toutes les questions et les réponses sur l’Occupation
99 questions... La France sous l’Occupation de Max Lagarrigue. L’indipensable ouvrage pour tout comprendre sur le sujet. Pour le commander cliquez ici
Cahors. Fusillés : un tabou, un (...) LaDepeche.fr | Publié le 20/07/2011 08:14 La revue d’Histoire « Arkheia » propose dans son dernier numéro un passionnant dossier intitulé « Les fusillés de la Libération : un tabou cadurcien », (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia