Arkheia, revue d'histoire

La Fédération des oeuvres laïques en Aveyron. Un combat pour la laïcité, 1899-2000

Par Béatrice Sérignac
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia n°11-12-13
Béatrice Sérignac : est titulaire d’un DEA d’histoire contemporaine à l’UTM. Ouvrage sur le théme de l’éducation populaire en Aveyron en préparation avec les Editions du Rouergue

(...) l’appui de la mairie de Rodez, où se trouve le siège social du mouvement, M. Naussac, adjoint au maire de Rodez est aussi vice-président du cercle aveyronnais en 1900. Le lycée de Rodez aide le mouvement en mettant une salle à sa disposition pour l’organisation des réunions, assemblées ou conférences. De même, les Inspecteurs d’académie acceptent d’être présidents "de droit" du cercle aveyronnais jusqu’en 1936, afin de montrer que le corps enseignent laïque et sa hiérarchie soutient aussi le Cercle aveyronnais. Le milieu protestant est aussi un solide appui, même s’il est minoritaire en Aveyron. Très tôt, les protestants se sont ralliés à la république. Les premières sociétés aveyronnaises à adhérer à la Ligue de l’Enseignement à la fin du XIXe siècle sont toutes situées au sud du département à Camarés, Millau et Saint-Affrique du fait de la proximité du territoire cévenol, bastion du protestantisme dans le midi et de l’importance de l’industrie textile millavoise. On peut supposer que les protestants ont joué un rôle déterminant dans l’avènement des idées laïques en Aveyron. De même, les francs-maçons ont toujours été un fidèle soutien de la Ligue. La filiation maçonnique de l’œuvre a très tôt été démontrée. Aujourd’hui encore les maçons sont nombreux au sein des instances dirigeantes de la Fol. Le plus illustre des maçons est en 1893 Bertrand Siman, professeur d’espagnol, membre du cercle aveyronnais en 1899, conseiller municipal en 1908, adjoint en 1922 jusqu’à sa retraite en 1928. Mais le plus connu est certainement Paul Ramadier, maçon notoire et président de la fédération des oeuvres laïques (FOL) en 1947. Enfin quelques quotidiens républicains du département se mettent aussi au service du cercle aveyronnais. C’est le cas de "l’Avant-Garde", dont Bertrand Siman est l’un des rédacteurs, mais surtout du "Courrier de l’Aveyron" qui fait régulièrement écho auprès de l’opinion publique des décisions ou réalisations du cercle. Fondé en 1870, ce journal va dès la création du cercle servir de moyen de communication et d’information. Cela est d’autant plus aisé que son directeur M. Nusbaumer est membre du comité directeur du cercle aveyronnais. Ce journal va rentrer en conflit avec "L’Union Catholique" fondée en 1891 par l’Abbé Touzéry, qui "veut grouper tous les efforts pour la défense de la foi et de la religion." Ce journal se place dans le catholicisme social d’Albert de Mun et de Frédéric le Play. Pendant 50 ans L’Union Catholique va avoir une très grande influence sur la population aveyronnaise. Ces deux journaux symbolisent les luttes engendrées par la laïcisation de la société aveyronnaise et ont participé à la formation des clivages entre "les blancs" et "les rouges".

Ces soutiens vont lui permettre de mener des activités qui ont pour objectif de défendre l’école publique et de promouvoir le débat laïque en Aveyron. Le (...)



| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
En vente sur ce site : Renaud Jean
Renaud Jean. Carnets d’un paysan député communiste par Max Lagarrigue. Le parcours hors du commun d’un Marmandais qui cotoya Lénine, Trotsky, Thorez...
Les Caprices du Temps
Tamara Volkonskaïa : une « Princesse (...) Qui était Tamara Alexéevna Volkonskaïa ? Une princesse ? Une aventurière ? Un agent des services soviétiques ? Nul ne le sait vraiment. Retracer son destin implique le recours permanent au (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia