Arkheia, revue d'histoire

La Fédération des oeuvres laïques en Aveyron. Un combat pour la laïcité, 1899-2000

Par Béatrice Sérignac
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia n°11-12-13
Béatrice Sérignac : est titulaire d’un DEA d’histoire contemporaine à l’UTM. Ouvrage sur le théme de l’éducation populaire en Aveyron en préparation avec les Editions du Rouergue

(...) volontairement choisi les plus parlants pour illustrer cette opposition. "Après l’avènement de la trilogie scolaire en 1885, à Saint-Christophe, le Frère Lacaze est directeur de l’école. L’Aveyronnais Républicain rapporte que ce Frère est intolérant et qu’il vitupère les institutions républicaines. La municipalité demande son changement, ne pouvant l’obtenir, elle décide de laïciser l’école communale. Le bruit se répand et la commune se met en effervescence. Le 12 novembre 1885, les femmes du village se regroupent dans la cour de l’école. Munies de gourdins, elles attendent les laïcisateurs bien décidées à employer la violence pour défendre les Frères. Quand le maire ceint de son écharpe tricolore, arrive accompagné de deux gendarmes, il y a eu affrontement. Le maire et les gendarmes, le visage ensanglanté et leurs vêtements en lambeaux durent se retirer tout honteux. La laïcisation de l’école fut retardée de six mois et fut arrangée à l’amiable entre la préfecture, l’évêché et le Frère" Les mêmes scènes de violences ont eu lieu lors de la séparation des Eglises et de l’Etat comme à Villefranche : "Du 23 au 3 mars 1906, la ville se met progressivement en effervescence à l’annonce de l’arrivée prochaine des pouvoirs publics pour réaliser les inventaires. Les trois églises de la ville furent aussitôt barricadées, des milliers de personnes protégèrent l’entrée et l’inventaire ne put avoir lieu. Le 20 mars, la force publique intervient dès trois heures du matin et entoura les églises. A six heures devant le refus du clergé d’ouvrir les portes les crocheteurs ont commencé leur besogne. Les Villefranchois, alertés par le tocsin, ont accouru auprès de la collégiale Notre-Dame. Il y avait plus de 2000 personnes, sifflant et huant les crocheteurs. Il a fallu plus d’une heure pour fracturer la porte extérieure, à coup de haches de pioches et de béliers. L’inventaire put enfin avoir lieu". Après l’épisode des lois laïques, les manifestations semblent s’apaiser. On croit alors le conflit entre les laïcs et les cléricaux terminé, pourtant en 1912, le dualisme renaît en Aveyron avec la "guerre des manuels". L’Aveyron se distingue avec l’affaire de Couffouleux. Emile Donnat est le jeune instituteur de Couffouleux, une localité près de Saint-Affrique. Au programme, il utilise le manuel d’histoire de Guiot et Mane interdit par l’Abbé Laur, lui aussi nouvellement nommé dans la paroisse. Six élèves écoutant les consignes du curé refusent d’utiliser ce manuel d’histoire. L’instituteur les sanctionne et les renvoie temporairement. Le dimanche 11 novembre 1912 à 10 heures du soir, un père de famille, Emile Bonnet, tire deux coups de fusil dans les volets de la chambre de l’instituteur. La première balle se niche dans le plafond, la seconde dans une poutre au-dessus du lit. L’instituteur porte plainte. Paul Ramadier est son avocat, mais Bonnet est acquitté. Pour les catholiques "c’est (...)


| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Hitler à Paris, juin 1940
Un ouvrage majeur à découvrir : Hitler à Paris, juin 1940 (Tiresisas éditions) de notre collaborateur, l’historien Cédric Gruat.
Gaullisme et antigaullisme
Dolores de Rivas Cherif et Azaña C’est dans une triste occasion que Manuel Azaña pénètre pour la première fois dans la maison familiale des Rivas Cherif : la maladie et la mort rapide de Ramón de Rivas Cherif, âgé de dix - huit ans, (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia