Arkheia, revue d'histoire

La Fédération des oeuvres laïques en Aveyron. Un combat pour la laïcité, 1899-2000

Par Béatrice Sérignac
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia n°11-12-13
Béatrice Sérignac : est titulaire d’un DEA d’histoire contemporaine à l’UTM. Ouvrage sur le théme de l’éducation populaire en Aveyron en préparation avec les Editions du Rouergue

(...) municipal. Car il est vrai que le camp clérical s’est très tôt organisé profitant des faveurs de la chambre bleu horizon, du génie du Général De Castelnau et de l’organisation de la Fédération Nationale des Catholiques.

La première ligue de défense religieuse est fondée à Rodez le 28 septembre 1924. Le comité national provisoire s’installe à la maison des œuvres diocésaines, 76, rue des Saints-Pères à Rodez, et une Fédération se met rapidement en place. De Castelnau devient le chef de file de la défense catholique et l’Aveyron le centre d’impulsion de la riposte cléricale. Parallèlement, à partir des années 1930, l’Eglise organise des œuvres postscolaires, les laïcs deviennent les acteurs de la reconquête cléricale. Sous l’impulsion de l’Evêque Challiol et de l’Association Catholique de la Jeunesse française, L’ACJF, une série de mouvements de jeunesse spécialisés apparaissent, comme la Ligue Féminine Catholique aveyronnaise LFCA. En 1927, une section de la JOC est créée par l’Abbé Mendigol afin de remplacer les cercles ouvriers. En 1935, une section JAC est fondée à Bars près de Lacroix-Barrez. Durant cette période de l’entre-deux-guerres, le cercle de la Ligue est assez discret. La seconde guerre mondiale arrive très vite, la fédération rentre en sommeil en 1939, seul L’UFOLEP semble maintenir un minimum d’activité mais en 1942, le Maréchal Pétain dissout le mouvement. La Fédération des Œuvres Laïques de l’Aveyron disparaît. En 1943, la Ligue rentre dans la résistance à Paris, alors qu’un bureau se reconstitue à Alger. Si dès septembre 1945 le Général De Gaulle consacre la Ligue de l’Enseignement, en Aveyron, il faut attendre 1947 pour que l’Inspecteur d’académie, M. Beuleygue, prenne l’initiative de la reconstruction des œuvres laïques. M. Ramadier est élu président. Le siège social est à l’école Gally à Rodez. Grâce à l’Inspecteur d’académie et à une municipalité de Gauche menée par M. Subervie, le clan laïque se reconstitue, avec en 1945 les FFC, en 1947 les CPEEP, en 1950 les CEMEA. Le SNI devient alors le chef de file des laïcs. Sous la houlette du CNAL, ces associations sœurs vont être présentes dans le débat d’idée. Elles vont manifester contre la loi Marie-Baranger en 1951, elles vont organiser la grande manifestation du dimanche 10 mai 1953 à Rodez qui a déplacé plus de 3000 personnes, elles vont manifester contre la loi Debré en 1959. En même temps ces associations laïques sont très présentes sur le terrain de l’animation, afin de concurrencer les œuvres catholiques. La Fol grâce à l’UFOLEP, sa section sportive, maintient toujours un minimum d’activité dans le département. Aujourd’hui encore la section sportive de la Ligue regroupe plus de la moitié des adhérents Fol. En 1960, l’UFOVAL participe aussi à une reprise de l’activité à la Fol. Les deux plus célèbres colonies de vacances de la Fol sont les (...)



| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
En vente sur ce site : Renaud Jean
Renaud Jean. Carnets d’un paysan député communiste par Max Lagarrigue. Le parcours hors du commun d’un Marmandais qui cotoya Lénine, Trotsky, Thorez...
Les Caprices du Temps
Tamara Volkonskaïa : une « Princesse (...) Qui était Tamara Alexéevna Volkonskaïa ? Une princesse ? Une aventurière ? Un agent des services soviétiques ? Nul ne le sait vraiment. Retracer son destin implique le recours permanent au (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia