Arkheia, revue d'histoire

La Grande Conversion : le destin des communistes en Europe de l’Est de Georges Mink et Jean-Charles Szurek

Par Guillaume Bourgeois
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Critiques de livres
Auteur : Guillaume Bourgeois, professeur à l’IUFM de Poitiers.
Page précédente


(...) auteurs. Cette conversion ne fut donc pas le fruit d’une abdication, d’une sorte " d’évolution historique " au terme de laquelle le communisme s’était senti assez de raison pour s’auto-nier et finalement passer la main comme le suggère la chronologie de fin de volume (chronologie qui, en débutant avec l’avènement de Gorbatchev, fait de lui un deus ex machina quand il fut plutôt un apprenti-sorcier). C’est le combat de la société civile, la longue résistance des esprits comme des corps qui rendit possible cette impossible et impensable sortie, cette inédite et incomplète " conversion ". Comme le soulignait Bronislaw Geremek, l’un des principaux acteurs de la transition, en Pologne : " Il ne faut pas confondre les facteurs accélérant et facilitant la réalisation de rêves de liberté et de démocratie avec des causes plus profondes formées si souvent dans la douleur, à l’échelle du pays, de la ville ou de l’usine, génération après génération ".

Georges Mink et Jean-Charles Szurek, La Grande Conversion : le destin des communistes en Europe de l’Est, Seuil, Paris, octobre 1999, 140 F 

Page précédente



| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
D’un totalitarisme à l’autre... Les liaisons dangereuses de la Ligue des droits de l’homme
A lire : La Ligue des droits de l’homme adopta très tôt une attitude complaisante à l’égard du régime bolchevik. Retour sur l’histoire méconnue d’une certaine gauche qui, selon le mot de George Orwell, fut « antifasciste mais pas antitotalitaire ».
Les Caprices du Temps
Les graffitis de Belleperche Le mur du vaste escalier d’honneur XVIIIe est enrichi de graffitis dont beaucoup datent du XIXe siècle. L’éclairage latéral en intensifie l’émotion ressentie, donnant l’illusion du relief à ces (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia