Arkheia, revue d'histoire

La Guerre du Louvre : histoire d’un repli au musée Ingres de Montauban

Par Michel Rayssac
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia n°2-3
L’auteur : Michel Rayssac, instituteur honoraire, auteur de L’Exode des musées. Histoire des oeuvres d’art sous l’Occupation (Payot, 2007).

Page suivante

Depuis l’entrée en guerre de la France en septembre 1939, le patrimoine artistique, tant national que privé, avait été soumis aux lois des errances. Bien avant le début des collections nationales avait été mises en place par la Direction des Beaux-Arts. La crise de Munich de septembre 1938 sera en quelque sorte l’occasion d’une répétition générale grandeur nature. En août 1939, les collections du Louvre trouveront refuge dans plusieurs dépôts du centre et de l’ouest de la France : antiquités orientales à Cheverny, antiquités grecques et romaines à Valençay, antiquités égyptiennes à Courtalain (Eure-et-Loir-et-Loir), peintures dans cinq châteaux de l’Orne et de la Sarthe. La situation restera ainsi figée jusqu’en juin 1940.

La Direction des Musées nationaux assurée par Jacques Jaujard se voit alors contrainte d’évacuer plus au sud tout ce qui peut l’être, au milieu d’un exode rendu encore plus dramatique par l’entrée en guerre de l’Italie le 10 juin. Les collections égyptiennes seront mises en sûreté au château de Saint-Blancard, dans le Gers, non loin d’Auch. Les peintures du Louvre, elles, gagneront du 3 au 17 juin, l’abbye cistercienne de Loc-Dieu, à proximité de Villefranche-de-Rouergue, dans des conditions de précarité extrêmes : à titre d’exemple, le quatrième envoi conduit par Germain Bazin parti du château de Louvigny (Sarthe) le 15 juin n’arrivera à destination dans l’Aveyron que le 20 juin, après 115 heures passées sur les routes de l’exode.

Loc-Dieu

A Loc-Dieu se retrouvent 3.120 des 3.691 tableaux des dépôts de l’Orne et de la Sarthe, soit une proportion de 85%. A ces peintures s’ajoutent des caisses en provenance du musée Guimet contenant, entre autres, huit peintures tibétaines représentant divers épisodes de la vie de Bouddha. Mona Lisa del Giocondo et Bouddha se retrouvent ainsi réunis par les hasards de la guerre en Rouergue l’espace d’un été. Des tableaux trop encombrants comme le Radeau de la Méduse sont restés au château de Sourches, près du Mans. L’abbaye de Loc-Dieu et quatre villages des alentours hébergent aussi 75 gardiens et leurs familles, soit environ 250 personnes. Mais si accueillante soit-elle, l’abbaye se révèle très vite dangereuse pour la bonne conservation des oeuvres entreposées. Un péril bien réel n’a pas échappé au regard exercé de Germain Bazin qui, dès le 17 juin, signale à l’attention de ses supérieurs : "La région qui paraît humide exige certaines précautions. si les tableaux doivent passer l’hiver, il sera indispensable pour assurer leur bonne conservation, de prévoir certaines installations qui devront être entreprises dès le milieu du mois d’août, afin d’être prêtes en temps utile". Les observations de Germain Bazin se trouvent très vite confirmées. En témoigne le 30 août, le procès-verbal d’ouverture de la caisse MNLP 282 (Musées Nationaux Louvre Peintures, n°282) : "On a pu (...)


Page suivante


| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Arkheia : Pensez à vous réabonner pour 2012
Avec la parution de nos numéros Les fusillés de la Libération et le hors série Azaña 4-5, nous clôturons l’abonnement 2011. Pour poursuivre votre abonnement pour 2012, n’attendez pas, renvoyez-nous dès aujourd’hui votre demande auquel est jointe votre chèque de 20 euros à Arkheia, 5 bld Marceau-Faure, 82100 Castelsarrasin. Vous pourrez ainsi recevoir en avant-première le numéro spécial Enfance brisée, enfance cachée. Le sort des enfants juifs dans le Sud-Ouest (n°25-26), à paraître au printemps 2012.
soutenez la revue Arkheia L’association Arkheia regroupe un collectif totalement bénévoles qui oeuvre depuis maintenant 10 ans pour collecter des archives, recueillir des témoignages de témoin clé comme d’anonyme pour mettre à (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia