Arkheia, revue d'histoire

La Lettre pastorale de Mgr Théas, 26 août 1942

Par Pascal Caïla
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia n°7-8-9
Auteur : Pascal Caïla est historien, titutlaire d’une maîtrise sur le Diocèse de Montauban durant la Seconde Guerre mondiale.

(...) la chronologie des événements revêt un caractère fondamental, et explique en tout cas pourquoi Pierre-Marie Théas intervient précisément à la date du 26 août. Au cours de l’été 1942, les persécutions antisémites s’organisent et se déploient à grande échelle. En zone occupée, les 16 et 17 juillet 1942, près de 13.000 Juifs étrangers, qualifiés “ d’apatrides ”, sont arrêtés à leurs domiciles, conduits au Vél’ d’Hiv’, puis internés au camp de Drancy, pour les hommes, et dans les camps du Loiret, pour les femmes et les enfants. Dans les autres départements de la zone occupée, des centaines d’arrestations suivent et en moins d’un mois finalement, une dizaine de trains, emportant l’immense majorité de ces personnes sont dirigés vers des destinations et un sort alors inconnus . En zone non occupée, le premier convoi de livraison des juifs étrangers par les autorités de Vichy a lieu le 7 août, lorsqu’un premier train a conduit au camp de Drancy 1.003 juifs allemands extraits du camp de Gurs. Trois autres convois au départ des camps de la zone non occupée sont organisés dans les jours qui suivent, notamment un, le 9 août, à partir des camps de Noé et du Récébédou, situés près de Toulouse. Au total, ce sont 3.500 juifs étrangers, hommes et femmes, qui sont conduits à Drancy et livrés aux autorités allemandes en vue de leur déportation . Jusque là épargné, le département de Tarn-et-Garonne (diocèse de Montauban) est à son tour touché à la fin du mois août, lorsque Vichy y organise une grande rafle comme partout en zone non occupée. Les événements se déroulent en deux temps. Le 24 août, 84 juifs, essentiellement des Allemands et des Autrichiens appartenant au 302e Groupe de Travailleurs Etrangers du camp de Septfonds, sont conduits en pleine nuit en gare de Caussade et embarqués dans un convoi régional à destination de Drancy. Le 26 août, à Montauban et dans l’ensemble du département, de vastes opérations policières programmées par le gouvernement de Vichy sont lancées contre les juifs étrangers. Au petit matin, les forces de police et de gendarmerie françaises interviennent simultanément dans le département soigneusement quadrillé. Elles arrêtent à leurs domiciles les personnes recensées dans les listes délivrées par la Préfecture. A l’aide de camions réquisitionnés auprès des transporteurs locaux, les raflés sont conduits au camp d’internement de Septfonds. Ré-ouvert pour l’occasion, ce centre d’internement, qui cohabite avec le camp de Travailleurs Etrangers, est utilisé pour regrouper les personnes arrêtées en Tarn-et-Garonne mais aussi dans le Lot. Pour le département, le bilan de cette grande rafle est de 173 arrestations, dont 24 enfants. Les rapports officiels signalent également qu’un homme s’est suicidé au moment de son arrestation. En cette fin du mois d’août, la persécution des juifs a donc atteint un (...)


| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Arkheia : Pensez à vous réabonner pour 2012
Avec la parution de nos numéros Les fusillés de la Libération et le hors série Azaña 4-5, nous clôturons l’abonnement 2011. Pour poursuivre votre abonnement pour 2012, n’attendez pas, renvoyez-nous dès aujourd’hui votre demande auquel est jointe votre chèque de 20 euros à Arkheia, 5 bld Marceau-Faure, 82100 Castelsarrasin. Vous pourrez ainsi recevoir en avant-première le numéro spécial Enfance brisée, enfance cachée. Le sort des enfants juifs dans le Sud-Ouest (n°25-26), à paraître au printemps 2012.
De Moissac inondé à Moissac plage, (...) LaDepeche.fr | 02/08/2009 04:34 Mémoire. En cette période de sécheresse la revue Arkheia offre un étonnant contraste en revenant sur les inondations de 1930. Les caprices du temps. Dans son (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia