Arkheia, revue d'histoire

La Lettre pastorale de Mgr Théas, 26 août 1942

Par Pascal Caïla
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia n°7-8-9
Auteur : Pascal Caïla est historien, titutlaire d’une maîtrise sur le Diocèse de Montauban durant la Seconde Guerre mondiale.

(...) Avant celle de Mgr Saliège, celle du cardinal Gerlier directement adressée au Maréchal Pétain et non rendue publique, après celle de Mgr Théas, celles des évêques d’Albi, Marseille et Bayonne. Aucune d’entre elles n’a la puissance ni la clarté du raisonnement que l’on trouve dans le message de Mgr Théas. De même et la différence de ses confrères, évêque de Montauban n’éprouve pas le besoin de faire allusion au « problème juif », ni même d’exprimer son loyalisme à l’égard du régime de Vichy et du Maréchal Pétain. Ainsi et à défaut d’être aussi connue que celle de Mgr Saliège, qui a le privilège de l’antériorité, la lettre de protestation de Mgr Théas reste indéniablement la plus forte et la plus remarquable de toutes. Comme toute lettre épiscopale, ce message est destiné à être lu dans l’ensemble des paroisses du diocèse, mais son caractère tout à fait particulier impose à Mgr Théas une diffusion elle aussi particulière. Par crainte de fuites et de censure, évêque souhaite user de discrétion au moment de faire dactylographier et dupliquer son texte. Sans doute est-il informé des difficultés rencontrées la semaine précédente par Mgr Saliège, dont la lettre fut interceptée et finalement lue dans seulement la moitié des églises du diocèse de Toulouse, à la suite d’une interdiction préfectorale. Aussi l’évêque recherche - t’il une solution autre que celle habituellement utilisée dans le cadre de son évêché. Sur les conseils de l’abbé Labordère, Mgr Théas fait appel à une personne qui va jouer un rôle capital dans cette affaire. Il s’agit de Marie-Rose Gineste, fervente catholique, est à cette époque secrétaire dans les services du Secrétariat Social de Montauban. Marie-Rose Gineste est aussi et surtout engagée, depuis plusieurs mois, dans la résistance chrétienne et cumule les postes de responsable départementale du mouvement Combat et de Témoignage Chrétien, dont elle coordonne la diffusion des cahiers sur le département. Le 26 août, elle donc invitée à venir rejoindre l’évêque au Grand Séminaire pour “ un service ” lui précise-t-il par téléphone. En quelques minutes, Mgr Théas lui donne à lire le texte de sa protestation rédigé au verso d’un faire-part, lui demande son avis sur son contenu et la sollicite pour le dactylographier et le dupliquer. Marie-Rose Gineste, qui jusqu’à cet instant se méfiait de Mgr Théas qu’elle ne connaissait pas personnellement, accepte cette mission avec enthousiasme et propose à l’évêque d’aller elle-même apporter la lettre à chaque curé du diocèse pour éviter la censure postale. Et c’est ainsi que pendant trois jours, Mlle Gineste et deux de ses amis, Mlle Puig et M. Bossu, sillonnent le diocèse à bicyclette, parcourant chacun une bonne centaine de kilomètres par jour. Seule une paroisse n’est délibérément pas livrée, : il s’agit d’Ardus sur la (...)


| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Pierre Lefranc avait ses attaches en Corrèze
Pierre Lefranc est mort. L’un des barons du gaullisme s’est éteint le 7 janvier 2012. L’occasion pour Arkheia d’exhumer de ses archives l’entretien qu’il nous avait accordé dans notre numéro 7-8-9 dédié au gaullisme et à l’antigaullisme dans le Sud-Ouest. (n°7-8-9). Notre correspondant en Corrèze Gilbert Beaubatie nous rappelle également que l’ancien résistant gaulliste avait ses attaches dans le Sud-Ouest, plus particiulièrement à Brive.
Presse, censure et répression de la (...) En quoi la censure diffère-t-elle de ce que l’on appelle la répression de la presse ? La censure est un contrôle effectué a priori alors que la répression se manifeste à travers une série de mesures a (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia