Arkheia, revue d'histoire

La Lettre pastorale de Mgr Théas, 26 août 1942

Par Pascal Caïla
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia n°7-8-9
Auteur : Pascal Caïla est historien, titutlaire d’une maîtrise sur le Diocèse de Montauban durant la Seconde Guerre mondiale.

(...) ramené de Lyon par Mgr Théas, quelques jours plus tôt. Au mois de novembre enfin, c’est au tour de Témoignage Chrétien, dans son cahier n° XXI, de publier la lettre in extenso et d’y apporter des commentaires.

L’impact de la lettre de Mgr Théas est immense.

Les divers rapports établis au mois de septembre par les autorités de police du département le soulignent unanimement. C’est tout d’abord le commissaire de la police régionale d’Etat qui écrit : “ La lettre de Mgr l’évêque de Montauban a été très commentée dans les milieux catholiques. Les mécontents de tout ordre faisaient bloc avec les catholiques et les protestants pour blâmer le Gouvernement de ces mesures présentées comme des persécutions inhumaines ” . Le commandant de gendarmerie du Tarn-et-Garonne, quant à lui, déclare : “ l’intervention du clergé a rallié contre ces mesures bon nombre de Français anti-gaullistes ” . A l’échelle du pays, la protestation de Mgr Théas est inévitablement associée à celle de Mgr Saliège. C’est ainsi qu’un fonctionnaire de Vichy, dans son rapport sur l’état de l’opinion, fait le constat que “ la lecture de ces lettres en chaire a fait un gros effet sur la population chrétienne des diocèses de Toulouse et de Montauban ” et ce fonctionnaire d’ajouter que ces messages permettent “ aux juifs d’étayer sur l’Autorité de l’Eglise leur propagande dans les masses françaises toujours très sensibles à la façon dont l’Eglise juge les choses ” . L’indéniable mouvement de réprobation envers la persécution antisémite s’accompagne, et c’est là le fait essentiel du changement d’attitude de l’opinion, du développement accéléré d’action de solidarité et de sauvetage, notamment vis à vis des enfants. Là encore, le comportement de Mgr Théas est décisif et à valeur d’exemple pour nombre de prêtres et de catholiques, qui sont encouragés à porter assistance et secours aux persécutés. Dans l’ombre, évêque s’engage personnellement pour secourir les Juifs étrangers et fait jouer le traditionnel droit d’asile de l’Eglise. Il charge Marie-Rose Gineste, devenue une complice très active, d’organiser le camouflage d’enfants et d’adultes dans les couvents du diocèse et chez des particuliers. Par lettre, il sollicitera même au mois de novembre les établissements religieux proches de Montauban. L’ordre est aussi donné de respecter l’identité religieuse de ces « visiteurs » et de ne forcer aucune conversion, en veillant par exemple au repos du samedi. Pour n’en donner que quelques-uns, citons les exemples des Sœurs du Refuge de Montauban, qui accueillent jusqu’à 25 femmes et enfants à la fois. Du pensionnat Jeanne d’Arc des Dames Noires qui cache, entre autres jeunes filles, celle qui plus tard sera connue sous le nom de Juliette Gréco. Du couvent des Dominicaines de Pompignan qui héberge une partie de la famille (...)



| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Arkheia : Pensez à vous réabonner pour 2012
Avec la parution de nos numéros Les fusillés de la Libération et le hors série Azaña 4-5, nous clôturons l’abonnement 2011. Pour poursuivre votre abonnement pour 2012, n’attendez pas, renvoyez-nous dès aujourd’hui votre demande auquel est jointe votre chèque de 20 euros à Arkheia, 5 bld Marceau-Faure, 82100 Castelsarrasin. Vous pourrez ainsi recevoir en avant-première le numéro spécial Enfance brisée, enfance cachée. Le sort des enfants juifs dans le Sud-Ouest (n°25-26), à paraître au printemps 2012.
De Moissac inondé à Moissac plage, (...) LaDepeche.fr | 02/08/2009 04:34 Mémoire. En cette période de sécheresse la revue Arkheia offre un étonnant contraste en revenant sur les inondations de 1930. Les caprices du temps. Dans son (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia