Arkheia, revue d'histoire

La Navarre et le navarrisme. Un essai de synthèse

Par Iñaki Iriarte López
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Azaña 4 - 5 / hors série
Iñaki Iriarte López : sociologue, professeur à l’Université du Pays basque.

Page suivante

Depuis plus de trente ans que la démocratie a été réinstaurée en Espagne, le Parti nationaliste basque (PNV) s’est affirmé comme la force politique la plus puissante du Pays basque. Dans 29 des 31 scrutins qui ont eu lieu dans cette région, c’est le parti qui a obtenu le plus de suffrages, avec un pourcentage de voix se situant entre un maximum de 42 % et un minimum de 23 %. Si l’on y ajoute les voix obtenues par les autres partis nationalistes basques, il apparaît qu’entre 40 % et 65 % des Basques ayant exercé leur droit de vote ont opté pour des candidats de cette famille politique.

Bien au-delà de ce qu’expriment ces pourcentages, le nationalisme a provoqué au cours d’un long siècle d’histoire de profondes transformations dans la société basque. Quoique, selon plusieurs enquêtes, seulement un tiers des Basques ne se définisse plus comme « espagnol », mais seulement comme « basque » 1, on observe facilement qu’elle a intériorisé une bonne partie des présupposés du nationalisme, y compris les 60 % qui ne se considèrent pas nationalistes. C’est ainsi que la quasi-totalité des citoyens de la Communauté autonome basque (CAV) formée par les provinces d’Alava, Biscaye et Guipuzcoa se sentent plutôt basques qu’habitants de l’une de ces provinces – ce qui n’aurait sûrement pas été le cas il y a deux siècles. En outre, ils ont adopté un drapeau propre avec l’ikurriña et reconnaissent l’existence d’une identité basque au-delà des limites administratives espagnoles ; ils estiment évident leur droit à l’autonomie fiscale, ils donnent à leurs enfants des prénoms qu’il aurait fallu épeler il y a seulement vingt-cinq ans et, quoique presque tous aient le castillan pour langue maternelle, ils inscrivent ces mêmes enfants dans des cursus scolaires ayant le basque comme langue principale. En visitant le Pays basque, il est courant de constater comment les habitants truffent leur castillan de termes basques tels que « lehendakari » (président), « ikastola » (école basque), « ertzaintza » (police), « ikurriña » (drapeau), « jaurlaritza » (gouvernement), etc. – termes qui, curieusement, n’ont été inventés qu’il y a un peu plus d’un siècle par la linguistique nationaliste.

Pourtant, il faut fortement nuancer ce succès du nationalisme basque si l’on prend en compte ses deux grands échecs : le Pays basque français et la Navarre. Dans ces deux territoires il est bien moins influent que dans la Communauté autonome basque. Le cas de la Navarre, qui va nous retenir, est particulièrement frappant. Pour l’historiographie nationaliste, le royaume médiéval de Navarre aurait constitué le seul État basque de l’histoire, il serait le « berceau », la « mère » et les « racines » de l’Euskalleria ou, pour reprendre les termes du dirigeant indépendantiste radical Arnaldo Otegi, « notre Jérusalem 2 ».

Cependant, depuis le (...)


Page suivante


| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Nous recherchons des correspondants locaux !
La revue Arkheia s’intéresse à l’histoire du Grand Sud-Ouest, elle recherche des correspondants locaux pour participer à son animation et sa rédaction. Si vous avez un goût pour l’histoire de votre département ou que vous effectuez déjà des recherches sur des événements survenus durant le XXe siècle... Rejoignez-nous ! Nous recherchons particulièrement des correspondants dans l’Aveyron, Gers, les Landes, le Lot, le Lot-et-Garonne, l’Ariège, sans toutefois être exhaustifs (région Aquitain, Languedoc-roussillon, Midi-Pyrénées et Limousin). Abonnement offert à la revue pour tous les correspondants.
Trois questions sur...L’Epuration : (...) L’Épuration demeure encore un sujet tabou dans l’histoire française. Période trouble où l’on veut juger les coupables de la Collaboration. On distingue deux temps : une épuration dite « sauvage » et (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia