Arkheia, revue d'histoire

La Nouvelle Droite et la Tradition de Stéphane François

Par (note de lecture) Denis Andro
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Critiques de livres
Auteur : Denis Andro

Page suivante

Ce travail, intéressant et utile en dépit de défauts formels (coquilles...) et de quelques occurrences sémantiques maladroites , aborde l’interprétation et la récupération, par une frange de la Nouvelle Droite (autour du GRECE), de l’ésotérisme « traditionaliste », c’est-à-dire se référant à l’existence supposée d’une « Tradition » primordiale, dans le sillage de René Guénon (1886-1951). La greffe s’effectue dans les années 1970, notamment par une mouvance italienne influencée par l’ésotériste fascisant (et qui fut conférencier pour la SS) Julius Evola (1898-1974) et son thème (« héroïque » et guerrier, et non sacerdotal et contemplatif comme chez Guénon) de la lutte « contre le monde moderne ». Mais Alain de Benoist manifeste aussi assez tôt un intérêt pour Raymond Abellio (qui participera lui-même à Eléments), tandis que la connaissance de Guénon se serait diffusée dans la Nouvelle Droite par Louis Pauwels et Paul Sérant.

L’essaimage, au long des années 1970/1980, de thèmes ésotériques dans une frange significative de la Nouvelle Droite, et notamment alors chez son théoricien principal Alain de Benoist qui élabore un nouveau discours plus à distance du racialisme biologisant, apparaît tangente à des points programmatiques de celle-ci : élitisme, nationalisme européen, paganisme, ethno-différentialisme « identitaire », critique et rejet de la modernité (individualisme, égalitarisme) au profit d’une conception holiste et organiciste des sociétés où le sacré occupe une place, obsession des « peuples ». Il se déploie, sur un plan métapolitique (pour reprendre une notion-clef de la Nouvelle Droite reprise de Gramsci ) sur des lignes thématiques aux lectures assez codées que l’auteur décrit et analyse sur plusieurs stimulants chapitres : la notion de « Tradition » (avec l’idée, née à la Renaissance et reprise par les occultistes du XIXème siècle, d’un principe commun aux religions et aux philosophies) reconceptualisée par Guénon ; une conception de l’histoire marquée par la « théorie traditionnelle et dévolutive des cycles » (Kali Yuga, etc.) (p.51) ; le tropisme de l’Inde aryenne, modèle originel et sociétal d’une supposée « Tradition » vivante (avec notamment l’influence ou plutôt la réinterprétation du musicologue converti au shivaïsme Alain Daniélou) ; l’idée d’’Empire parfois reprise de l’idée évolienne anti-chrétienne d’empire gibelin ; le nordicisme de l’hyperborée où la « Tradition » aurait selon Guénon son origine, et le mythe, ici racialiste avec tous les délires sur les « peuples blancs », de l’Atlantide avec lequel Evola le confond ; une arabophilie ou islamophilie : maints « traditionnels » se sont en effet convertis à l’islam soufi à la suite de Guénon et de ses lecteurs des années trente, Frithjof Schuon, Titus Burckhardt ou Martin Lings, devenus pour certains des spécialistes de ce courant ; mais cet (...)


Page suivante


| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
En vente sur ce site : Renaud Jean
Renaud Jean. Carnets d’un paysan député communiste par Max Lagarrigue. Le parcours hors du commun d’un Marmandais qui cotoya Lénine, Trotsky, Thorez...
Les Tondues de 1944
Architecture et maladie mentale (...) Comme bon nombre d’asiles, le quartier psychiatrique fut édifié après le vote de loi de 1838 -en 1860 plus exactement-. Le bâtiment principal, la disposition des pavillons annexes répondent à des (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia