Arkheia, revue d'histoire

La Nouvelle Droite et la Tradition de Stéphane François

Par (note de lecture) Denis Andro
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Critiques de livres
Auteur : Denis Andro

(...) Fer roumaine chez Akribeia, un éditeur connu pour ses positions négationnistes » (ibid). On voit que, quand on évoque ici l’extrême-droite, on ne fait pas référence à quelque maurrassien isolé piqué de symbolisme du labyrinthe de la cathédrale de Chartres ou des Mystères antiques – mais à une frange nettement fasciste, qui se présente comme une sorte d’ »intellectuel collectif » (c’est nous qui utilisons le terme), avec maints allers retours entre politique et « Tradition ». L’équipe de Pardès a également été proche de militants italiens évoliens (p.67), notamment Franco Freda, passé au « spontanéisme armé » (p.77) et « accusé d’avoir organisé le massacre de Piazza Fontana en 1971 » (ibid), ou de Claudio Mutti. Dans le prêt-à-penser de ce courant d’ « idées », le mouvement fasciste légionnaire roumain qu’admirait Evola apparaît, parmi d’autres, comme un point de référence.

Certes, des guénoniens non néo-droitiers, centrés sur la métaphysique ou le symbolisme, engagés dans des voies initiatiques suivant la doctrine de Guénon pour qui ce rattachement est une condition de la « réalisation métaphysique », ont pris nettement position contre la migration des thèmes néo-droitiers dans leur domaine : l’auteur cite ainsi (p.102) Patrick Geay, de la revue La Règle d’Abraham (« René Guénon récupéré par l’extrême-droite », avril 2003), et il convient donc certainement d’éviter les amalgames ; par ailleurs, les évolutions personnelles sont possibles, au moins à titre d’hypothèse, ainsi que des « sorties » de l’idéologie de la Nouvelle Droite via l’ésotérisme débouchant lui-même sur la spiritualité (soufisme, bouddhisme, christianisme, etc.), quoique l’un des exemples donnés, Arnaud Guyot-Jeannin, ne soit pas très probant, puisque ce dernier, animateur d’une émission sur Radio Courtoisie, demeure dans la niche écologique de la droite dure culturelle (d’un traditionalisme à l’autre, en somme). Il n’empêche - pouvons-nous constater - que ce secteur de l’ésotérisme paraît aujourd’hui, à certains égards, phagocyté par l’extrême-droite (« nouvelle » ou plus ancienne, académique ou « rebelle » à la sauce « identitaire »), sans compter que certains spécialistes de l’occultisme (domaine distinct mais cependant mitoyen de l’ésotérisme) sont également des militants d’extrême-droite (comme Christian Bouchet, auteur d’une thèse d’ethnologie sur Aleister Crowley et par ailleurs acteur du nationalisme révolutionnaire), ou en viennent (comme Jean-Marc Vivenza, passé du guénonisme au martinisme, et « ancien de Troisième Voie » (p.81)). Le lecteur constatera que le temps paraît en tout cas loin où Walter Benjamin s’intéressait à l’ésotérisme, ou un auteur comme l’ancien résistant trotskyte et surréaliste Gérard de Sède. Mais – c’est nous qui y insistons - jeter l’anathème sur ces courants au prétexte de la présence contemporaine de l’extrême-droite (...)



| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Les suppléments d’Arkheia
Manuel Azana et la question laïque sous la direction de Jean-Pierre Amalric Avec la participation de Patrick Cabanel, Antonio Ferrer Benimelli, Hilari Raguer, Joseph Pérez, Gérard Malgat et Elvire Diaz...Commander le dès aujourd’hui
Les Caprices du Temps
5e journées Manuel Azaña, du 3 au 6 (...) Les 5e journées Manuel Azaña qui se tiendront du 3 au 6 novembre 2010 à Montauban, auront cette année un caractère exceptionnel. En effet, 2010 marquant le 70e anniversaire de la disparition de (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia