Arkheia, revue d'histoire

La Prison militaire de Mauzac : camps d’internements sous Vichy

Par Jacky Tronel
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia n°5-6
Page précédente


(...) gaullisme, les communistes, etc… étaient fort mal traités. (…) J’ai vu de mes propres yeux des condamnés de droit commun manger l’herbe du camp, ramasser les eaux grasses de la cuisine et, lorsque le camion du ravitaillement chargé de rutabagas ou de betteraves déchargeait son contenu, nombreuses étaient les disputes entre les détenus qui se battaient pour ramasser les quelques détritus qui traînaient par terre après le déchargement du camion. Ces disputes et rassemblements étaient la plupart du temps dispersés à coups de cravaches et à coups de poings par les gardiens. »

Nulle exagération dans les témoignages, ils se recoupent tous. Nous pouvons imaginer sans peine la misère humaine et la détresse qu’ont connu les prisonniers à Mauzac. Dans son rapport du 16 mai 1942, l’inspecteur Schwartz décrit ainsi l’état d’esprit des prisonniers : « Les communistes : (…) Ils ont espoir en l’avenir. Ils n’envisagent même pas que la Russie puisse être vaincue. La plupart d’entre eux ne pensent nullement à s’évader, car ils espèrent qu’on les fera sortir de là, la tête haute, et qu’ils auront ‘leur petite revanche’ (…) – Les gaullistes : Un lien étroit unit gaullistes et communistes. Ils ont momentanément le même idéal : la défaite allemand.

POUR LIRE LA SUITE DE CETTE CONTRIBUTION, vous pouvez commander ce numéro ou vous abonnez à la revue dans la rubrique kiosque. 

Page précédente



| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Une grève peu ordinaire : Decazeville 1961- 1962
L’historien Philippe Marcy revient sur une histoire qui a marqué les mémoires, la grève des mineurs de Decazeville en 1961-1962. Le bassin Houiller aveyronnais a 35 000 habitants environ. La mine employait 5 200 salariés en 1945, elle en compte 2 000 en 1962.
Il faudrait dormir de René Hervieu (...) Un regard croisé sur la Shoah Les éditions Réciproques publie un livre original où se mêle et s’entrechoque la sensibilité d’un écrivain, René Hervieu et un artiste, Philippe Bertin. Un dialogue entre (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia