Arkheia, revue d'histoire

La colline ou la symphonie de la mémoire

Par Maurice Winnykamen et Moshé Sayegh
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Critiques de livres

Page suivante

La colline ou la symphonie de la mémoire : est une liste de témoignages illustrés recueillis auprès des pensionnaires de la Maison de retraite « La Colline », de Nice. Chaque narration est en elle-même extraordinaire. Regroupées elles nous content l’Histoire du vingtième siècle qui vit les plus grandes avancées de la technique et des sciences, mais aussi le plus grand crime qu’il fut donné à l’Homme de commettre, au nom du plus dégradant des prétexte, la « supériorité de la race ». Vous y rencontrerez : Un instituteur qui fut en Algérie et en France l’ami et le condisciple d’Enrico Macias. Une émigrée de treize ans, d’origine polonaise qui, à vingt ans devint l’une des héroïnes de la Résistance française. Un Niçois d’origine italienne que son amour des antiquités amena à vivre mille aventures. Une fille d’ambassadeur : née à Marrakech elle y fonda « l’Œuvre de Secours aux Enfants » et y dirigea un hôpital avant que le poids administratif du pays devenu indépendant ne pèse sur les cadres d’origine étrangère. Un enfant caché en Creuse qui devint Chef du Service radiologique de l’hôpital de Montpelliers. Une Marseillaise miraculée qui sortit vivante des quatre camps de concentration où ses gardiens l’entrainaient dans ce que l’Histoire retiendra sous le nom de "la marche de la mort". Un Corse peintre, baroudeur et soldat qui fait chaque jour son heure de marche à quatre-vingt-dix-huit ans. Une femme qui sa vie durant fut poursuivie par le sort et qui réussit à s’en sortir. Un jeune garçon de famille modeste qui jetait des cailloux dans l’oued sous les ponts de Constantine et auquel on doit d’avoir participé au calcul de l’équilibre en charge du Pont de Normandie ; un compagnon de route du colonel Fabien dans la deuxième division blindée. Une femme juive, épouse d’un orthodoxe négociant en gros de fourrures qui posa en 1944 sur le bureau du chef nazi une somme de un million de francs afin qu’il libéra son épouse. Vous rencontrerez aussi les pensionnaires de la Villa Jacob et sa directrice non juive que je n’ai pas pu interviewer, car ils avaient été déportés en mille neuf cent quarante-trois et ne sont jamais revenus. Avant de résider à la Colline, ils ont tant apporté à la France.

J’ai voulu faire connaitre la vie d’une Maison de retraite niçoise juive, aider à ma façon, bien modestement, les personnels multi-ethniques de cette maison qui font vivre et exister leurs résidents. Ce livre, contrairement à ce que l’on pourrait penser, est un livre sur le présent, bien qu’il apporte un peu de la vie et de la fraicheur d’en temps. Il vous offre, à votre tour, le moyen d’aider la Maison de retraite « La Colline ». Si vous n’habitez pas Nice ou la Région, la portée universelle du livre peut aussi vous toucher.

Maurice Winnykamen et Moshé Sayegh, La colline ou la symphonie de la mémoire, préfacée (...)


Page suivante


| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Référence en vente sur ce site
Le livre sur l’Exode : 1940, La France du repli : l’Europe de la défaite sous la direction de Max Lagarrigue, plus de 30 contributions dont Stanley Hoffmann, Jean-Marie Guillon, José Gotovitch...
Vichy, Etat occitan ? Arkheia : LaDepeche.fr | 04 Avril 2006 | 18h28 Après un numéro consacré à l’attitude du régime de Vichy vis - à - vis des régionalismes méridionaux : « Vichy, Etat occitan ? » (toujours disponible), la (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia