Arkheia, revue d'histoire

La laïcité face à l’Islam

Par Max Lagarrigue
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Opinion, débats
Auteur : est historien, directeur de la revue Arkheia et journaliste à La Dépêche du Midi.

(...) musulmans originaires de Mayotte. Dans ce dernier cas, la justice est rendue par des juges musulmans, des cadis. Toutefois, un certain nombre de lois corani-ques sont abolies. La lapidation est interdite depuis 1939, la polygamie et la répudiation unilatérale également depuis 2003. Notons que contrairement à ce qui passe dans les pays de droit musulman, la société Mahoraise est matriarcale (la maison appartient donc à la femme, un divorce n’implique donc que, lors du départ du compagnon, que la perte d’un statut social et économique). C’est le seul territoire d’outre-mer ayant des juridictions spécifiquement compétentes en matière de statut personnel. Dans l’île de Wallis et Futuna, au coeur du Pacifique, le système éducatif en primaire est concédé par l’État au diocèse catholique.

L’islam de France

Après ce bref panorama qui dresse l’état de la laïcité dans le pays, avant d’entrer dans le vif du sujet, celui de l’Islam face à la laïcité française, il est utile de préciser que la pré-sence de l’Islam en France n’est pas une nouveauté. Les premiers contacts remontent aux incursions arabes du VIIIe qui installèrent notam-ment en Septimanie (l’actuelle région de Languedoc-Rousillon) un royaume sous souve-raineté musulmane (719-759), plus tard ce sont les Sarrasins s’installèrent à Fraxinet (en Provence sur l’île de Saint-Tropez), ils y resteront un siècle avant d’être chassés en 972 laissant des traces de leur passage comme le nom de la commune de Ramatuelle qui proviendrait de l’arabe rahmatou-Allah ( رحمة الله en arabe), et qui signifie Grâce d’Allah. Cette défaite militaire ne signifie pas pour autant la disparition des musulmans de Provence, bien au contraire, n’oublions pas que jusqu’au XIe siècle, la Méditerranée était un lac musulman et les échanges entre le royaume de Cordoue et l’Occident chrétien sont riches notamment dans le commerce des esclaves.

Le véritable changement intervient en 1536 lorsque François Ier cherchant un allié pour contre-carrer Charles Quint et la puissance de l’empire austro-hongrois des Habsbourg, établit une alliance historique avec l’Empire Ottoman en la personne de Soliman le Magnifique. Cette alliance demeure une première entre empire chrétien et non chrétien. Il faudra attendre la campagne d’Egypte de Bonaparte, soit deux siècles et demi plus tard, pour qu’elle soit brisée. Elle permet d’importants échanges intellectuels, commerciaux et militaires. Des livres, et notamment le Coran, sont rapportés et intégrés dans les bibliothèques royales.

C’est néanmoins au cours de la Première Guerre mondiale que le nombre de musulman en métropole s’accroît. La France a besoin de main d’oeuvre et de combattants, elle fait appel à la population des territoires colonisés : l’Algérie et la Tunisie et aussi le Maroc qui est sous protectorat français. C’est pour (...)



| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Les suppléments d’Arkheia
Manuel Azana et la question laïque sous la direction de Jean-Pierre Amalric Avec la participation de Patrick Cabanel, Antonio Ferrer Benimelli, Hilari Raguer, Joseph Pérez, Gérard Malgat et Elvire Diaz...Commander le dès aujourd’hui
Les Caprices du Temps
L’antisémitisme dans les trois grands (...) La cuisante défaite militaire que venait de subir la France, la plongeait dans cinq années d’occupation nazie. Les clauses de l’armistice prévoyaient le découpage du pays en deux zones : une « dite » (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia