Arkheia, revue d'histoire

La laïcité face à l’Islam

Par Max Lagarrigue
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Opinion, débats
Auteur : est historien, directeur de la revue Arkheia et journaliste à La Dépêche du Midi.

(...) cas par cas. En cas d’échec, le ministre recommande de l’accepter avec son voile. Cette grave atteinte à la laïcité va s’aggraver au fil des ans, de trois collégiennes, en 1989, ce sont plus de 2000 cas qui sont recensés en 1994. Une situation qui devient ingérable pour les chefs d’établissements et les enseignants très atta-chés au principe de laïcité. Rappelons que si le voile islamique provoque une telle réaction de rejet c’est parce qu’il touche aux valeurs fondamentales de la société française et notamment à la laïcité. « Le passage par l’école publique est supposée assurer l’adhésion des jeunes générations à l’idéal laïque et aux valeurs républicaines qui fondent la citoyen-neté française. Or l’adoption du voile, au sein même de l’école pose la question de l’assimilation de ces valeurs. »

Et si l’école demeure un symbole et polarise les attentions avec la mise en application, en 2004, d’une nouvelle loi dite sur « les signes religieux dans les écoles publiques » fruits de la commission Stasi qui interdit tous signes ostensibles dans les établissements scolaires (voile, kippa, croix de dimension excessive), c’est dans les quartiers que les changements sont les plus perceptibles. Alors que le voile était minoritaire en France, il a aujourd’hui pris une place prépondérante dans certains quartiers que les sociologues n’hésitent plus à qualifier de : « territoires perdus de la république » (Emmanuel Brenner).

Poussé par des organisations fondamentalistes tels que l’UOIF, c’est un islam de rejet qui est apparu ces dernières années. Aux revendications légitimes pour obtenir des lieux de culte décents, pour en terminer avec l’islam des caves, la génération des enfants d’immigrés, déçue autant par le modèle d’intégration français que par le combat antiraciste pour imposer une nouvelle image d’un islam revendiqué, s’est repliée dans une logique de bandes et tend à affirmer une nouvelle identité marquée par l’appartenance à la rue, au quartier, ou, pour d’autres, à l’adhésion à des formes radicales de religion.4

Ainsi la France a-t-elle été confrontée ces dernières années à des revendications multiples, et incompatibles avec la laïcité : des piscines non mixte à Lille, Strasbourg ou Paris, des patientes voilées qui refusent de se faire examiner par des hommes, des futures mariées qui refusent de lever leur voile durant la cérémonie du mariage civil, des femmes voilées qui refusent de serrer la main à leurs collègues masculin au nom de leur religion… Le rapport Obin qui fait suite à une inspection, entre 2003 et 2004 de 61 établissements scolaires confirme que l’école laïque n’est pas épargnée. Si la mixité est constamment remise en question, ce sont aussi le contenu des (...)



| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
D’un totalitarisme à l’autre... Les liaisons dangereuses de la Ligue des droits de l’homme
A lire : La Ligue des droits de l’homme adopta très tôt une attitude complaisante à l’égard du régime bolchevik. Retour sur l’histoire méconnue d’une certaine gauche qui, selon le mot de George Orwell, fut « antifasciste mais pas antitotalitaire ».
Les Caprices du Temps
Les frères Hennessy,deux riches (...) Cognac à la fin du XVIIIe siècle : Richard Hennessy, d’origine irlandaise, s’implante en Charente. Il fonde la maison de négoce en eaux-de-vie « Jas Hennessy » et constitue un patrimoine qui fructifie (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia