Arkheia, revue d'histoire

La politique européenne dans le Tarn-et-Garonne

Par Robert Cocchio
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia n°1
Auteur : Robert Cocchio est titulaire d’une maîtrise de géographie sur L’Eurorégion. Doctorant à l’Ecole supérieure d’Audiovisuel (ESAV) à l’université de Toulouse Le-Mirail.

(...) dit des cantons proches de Toulouse. Appelé à disparaître le 1er janvier 2000, le plan 5b fut de bonne augure pour le maintien des zones rurales puisqu’il aurait apporté environ cinq millions de francs sur six ans. “ C’est aussi la reconnaissance de projets locaux, de projets publics et privés ainsi que des opérations de revitalisation de zones rurales. C’est un large éventail d’aides que l’Union Européenne a consenti “, affirme J.P. Pelegrin. Car la politique européenne en faveur du département c’est avant tout la politique liée de près à l’agriculture et, plus globalement, celle liée au développement économique au sens large du terme. G. Empociello confirme l’utilité de cette mesure : “ Sans le plan 5b on aurait eu une accélération des difficultés en zones rurales. Or, grâce à celui-ci, on a accompagné un certain nombre d’activités en milieu rural tel l’ébénisterie ou la conserverie “. Ainsi il semblerait que le tissu social rural se soit mieux porté par rapport aux prédictions parfois catastrophiques de certains analyseurs. Certes son maintien exige un effort de tous les instants. Mais pour ce qui est de l’accès aux services sociaux, sont-ils pour autant équitables ?

Bénéficie-t-on des mêmes privilèges si l’on habite Caylus ou Montaigu-de-Quercy ?

R. Manterola nous rassure en insistant sur l’homogénéisation des aides européennes dans les diverses zones rurales du département et signale, en outre, des initiatives modernes en plein milieu rural : “ Sur le secteur de Puylagarde il y a même des gens qui essaient de réaliser du télésecrétariat et autre chose à distance, et de rendre ainsi service à la population “. La loi Voynet du 19 juin 1999 sur l’organisation et l’aménagement durable du territoire semble prendre en compte de façon pertinente le monde rural puisqu’elle incite un rééquilibrage ville/campagne et favorise l’émergence de projets dans la politique des contrats de terroir. A priori, la loi Voynet fait évoluer la ruralité en proposant la création de “ pays “, c’est à dire de territoires qui dépasseraient la carte actuelle des cantons. “ On aura probablement des entités qui vont se faire à partir des contrats de terroir actuels, eux-mêmes bâtis par le regroupement d’un ou plusieurs cantons “, précise G. Empociello.

Si certains y voient là un acquis dans la mesure où l’on pourra associer les contrats de terroir afin de mieux les optimiser, d’autres tels J.P Pelegrin sourient devant la nouvelle géographie qui se dessine sous leurs yeux : “ Je peux vous montrer les pays, les pays qui ont été dessinés selon la loi Voynet. Quand on voit les communes qui sont raccrochées les unes aux autres au sein d’un pays, cela fait sourire... L’unité culturelle, sociale et économique disparaît ! “

Et d’invoquer des craintes sur les conséquences sociales de cette loi. Il faut dire que la loi (...)



| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Nous recherchons des correspondants locaux !
La revue Arkheia s’intéresse à l’histoire du Grand Sud-Ouest, elle recherche des correspondants locaux pour participer à son animation et sa rédaction. Si vous avez un goût pour l’histoire de votre département ou que vous effectuez déjà des recherches sur des événements survenus durant le XXe siècle... Rejoignez-nous ! Nous recherchons particulièrement des correspondants dans l’Aveyron, Gers, les Landes, le Lot, le Lot-et-Garonne, l’Ariège, sans toutefois être exhaustifs (région Aquitain, Languedoc-roussillon, Midi-Pyrénées et Limousin). Abonnement offert à la revue pour tous les correspondants.
Les camps d'internement français
Les frères Hennessy,deux riches (...) Cognac à la fin du XVIIIe siècle : Richard Hennessy, d’origine irlandaise, s’implante en Charente. Il fonde la maison de négoce en eaux-de-vie « Jas Hennessy » et constitue un patrimoine qui fructifie (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia